28 novembre 2021

« Que le virus ne disparaisse jamais, c’est pratiquement certain »

Sur Europe 1, l’épidémiologiste Didier Pittet est revenu sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus. Cet automne et cet hiver, « les conditions épidémiologiques vont être beaucoup plus propices à la transmission », prévient-il.

Alors que la situation sanitaire continue de s’améliorer en France, faut-il d’ores et déjà estimer que l’épidémie de Covid-19 l’appartiendra bientôt au passé ? Le gouvernement a en tout cas décidé d’éviter tout procès en imprévoyance en cas de reprise épidémique, en prolongeant jusqu’au 31 juillet 2022 le recours possible au pass sanitaire. Si cette décision est critiquée dans l’opposition, elle est plutôt approuvée par le médecin et épidémiologiste Didier Pittet, invité samedi d’Europe 1. « Il faut qu’on ait cet outil dans notre boîte à outil’, estime-t-il, avant de rappeler que le virus « ne va pas disparaître ».

« Que le virus ne disparaisse jamais, c’est pratiquement certain », indique le professeurs aux hôpitaux universitaires de Genève. « Notre scénario principal, c’est que probablement, il va simplement rejoindre les quatre autres familles de coronavirus avec lesquelles nous vivons depuis des centaines d’années et pour lesquelles nous avons tous des anticorps… C’est probablement le chemin vers lequel nous nous acheminons dans quelques années. »

Attention à l’arrivée de l’automne et de l’hiver

Mais, prévient-il, « en attendant, ce virus ne va pas disparaître. Il fera certainement peut-être dans le futur des petites infections, les petits rhumes, des petites choses qu’on attrape avec nos petits-enfants, par exemple ». Et concernant la vaccination ?  » « On ne peut pas dire encore que nous ayons une quelconque certitude sur le fait qu’il faille répéter chaque année la vaccination (…)

Lire la suite sur Europe1

source: Yahoo actualités

 489 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :