19 septembre 2020

Renouvellement du congrès de Nouvelle-Calédonie: les forces en présence

Six mois après le référendum qui a rejeté l’indépendance, les électeurs calédoniens sont appelés aux urnes dimanche pour renouveler les institutions locales de l’ultime mandat de l’accord de Nouméa qui doit achever le processus de décolonisation.

Dans le paysage sortant, les indépendantistes du FLNKS ((Front de Libération Nationale Kanak Socialiste) dirigent le Nord et les Loyauté tandis que le Sud est aux mains de la droite loyaliste. Calédonie Ensemble (CE, droite modérée) préside actuellement l’exécutif.

Quelque 169.635 électeurs sont inscrits pour ce scrutin, restreint à la « population concernée » par l’avenir politique de l’archipel, de sorte qu’un des obligations majeures pour figurer sur les listes est de résider de manière continue dans l’archipel depuis au moins novembre 1998.

Au total, vingt-cinq listes, soit pas moins de 934 candidats, sont en lice: onze listes dans la province sud (40 élus), la plus riche et la plus peuplée (108.516 électeurs), six dans la province Nord (22 élus) et huit dans la province des îles Loyauté (14 élus).

Dans une architecture institutionnelle à plusieurs étages, 54 des 76 élus provinciaux siègent à l’échelle territoriale au Congrès, qui élit ensuite un gouvernement collégial.

Le mode de scrutin de listes proportionnel à un tour nécessite d’obtenir au minimum 5% des inscrits pour pouvoir participer à la répartition des sièges. Un système qui, compte tenu du poids démographique du Sud, engendre une « sur-représentativité » des provinces indépendantistes, dénoncée par la droite.

Six mois après le référendum sur l’indépendance perdu avec un score de 43,3% bien supérieur aux annonces des sondages, les indépendantistes espèrent surfer sur cette dynamique et prendre les rênes du Congrès et du gouvernement.

Incapable de s’unir, la droite, fracturée en deux blocs irréconciliables – Calédonie Ensemble (CE,droite modérée) et l’Avenir en Confiance (proche de LR)- n’exclut pas l’hypothèse. « Je crains une instabilité si les indépendantistes ont la majorité parce qu’on va rentrer dans un tunnel difficilement compréhensible (…) où un pays, majoritairement contre l’indépendance sera gouverné par les indépendantistes », estime le député Philippe Gomes, tête de liste C.E dans le Sud.

Un jeu égal entre les deux camps adverses est également probable tandis qu’en cas de victoire loyaliste, une alliance entre CE et Avenir en confiance semblerait hasardeuse tant toutes les précédentes tentatives ont tourné au fiasco.

Dans ce contexte, Paris va devoir échafauder un nouveau statut pour la Nouvelle-Calédonie avec des partenaires qui ont tous des visions divergentes de la fin de l’accord de Nouméa.

Cette semaine, Paul Néaoutyine, président de la province nord et incontournable interlocuteur du FLNKS, a affirmé que « la pleine souveraineté était la seule porte de sortie » de cet accord.

Source: Yahoo actualités

 

 14 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :