25 octobre 2020

Singapour: de l’argent pour faire un enfant pendant la pandémie

Singapour ne souhaite pas voir son taux de natalité baisser à cause de la pandémie.

Pour éviter que cela n’arrive, le gouvernement a annoncé que les couples accueillant un enfant pendant cette crise sanitaire recevraient une rémunération, rapporte CNN. « Nous avons reçu des commentaires selon lesquels la Covid-19 a poussé certains futurs parents à reporter leurs projets de parentalité », a déclaré lundi 5 octobre le vice-Premier ministre Heng Swee Keat. Des couples qui craignent pour leur avenir professionnel et pour leurs revenus.

Avec cette prime, dont le montant n’a pas encore été communiqué, le gouvernement espère aider les nouveaux parents pour leurs dépenses du quotidien. Malgré une gestion de l’épidémie plutôt réussie, l’économie de Singapour a été plongée dans une profonde récession. Le PIB a reculé de 12,6% au deuxième trimestre par rapport à la même période de l’année précédente, soit la plus forte baisse jamais enregistrée.

Singapour a l’un des taux de natalité les plus bas au monde, une statistique que les gouvernements successifs ont tenté en vain de renverser. Le taux de fécondité s’élève désormais à seulement 1,14 naissance par femme, selon son organisme de statistiques national. Cela le place au même niveau que Hong Kong. Seuls la Corée du Sud et le territoire américain de Porto Rico ont des taux inférieurs.

Comme le rappelle CNN, pour qu’un pays se repeuple naturellement, les femmes doivent avoir 2,1 bébés en moyenne – bien que la plupart des pays développés soient maintenant en dessous de ce niveau. Singapour a du mal à inverser la tendance depuis les années 80, malgré des campagnes publiques et nombre d’avantages financiers et fiscaux. « Comme de nombreux pays développés, les principaux défis démographiques de Singapour sont notre faible fécondité et le vieillissement

(…) Cliquez ici pour voir la suite

Source: Yahoo actualités

 283 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :