Un chantier d’un an pour concevoir le futur Terminal de croisière international de Papeete

Cérémonie de pose de la 1ère pierre du futur terminal de croisière international de Papeete ce jeudi matin sur le front de mer en présence de nombreuses personnalités.

Il s’agit ici d’un projet phare, qui illustre la volonté commune du Pays et du Port autonome d’inscrire le Tourisme de croisière au cœur d’une stratégie de développement locale et régionale.

Située au centre de Papeete, cette infrastructure est le fruit de réflexions initiées fin 2018, au travers d’un comité de pilotage, composé des principaux acteurs du marché de la croisière (privés et publics), de la commune de Papeete et du Port autonome. Elle s’inscrit dans la continuité des aménagements du front de mer, tels que la place Tu Marama, la promenade du front de mer de Papeete, celle de Motu Uta, ainsi que le futur aménagement de la place Vaiete.

Avec une superficie de plus de 2 700 m2 et doté d’une toiture terrasse végétalisable, le futur terminal de croisière international est dimensionné pour traiter les navires « de tête de ligne », d’un flux de 1 400 à 2 400 passagers, avec l’ajout de structures mobiles. Il permettra d’assurer l’accueil, l’enregistrement des croisiéristes et la bagagerie, mais aussi d’améliorer la sécurité et le confort des croisiéristes, afin de garantir le respect des contraintes imposées par le code International pour la Sûreté des navires (ISPS).

Un espace de 300 m2 sera consacré à l’artisanat local et 500 m2 seront dédiés à une galerie d’art permettant d’exposer des pièces illustrant l’histoire maritime polynésienne. Il sera également doté d’un parking souterrain d’une capacité de 205 places.

Conceptualisée sur un principe bioclimatique, cette structure offrira un confort thermique et une ventilation naturelle. Les matériaux retenus sont adaptés aux conditions climatiques et à l’air marin. De même, que la facilité d’entretien et d’utilisation des équipements techniques, la mise en place d’espaces verts aériens et la récupération des eaux de pluies complètent cette architecture durable et respectueuse de l’environnement. Cette démarche s’applique également durant la phase de réalisation des travaux. En effet, le groupement d’entreprises sélectionnées pour la réalisation de ce projet, s’engage à fournir un schéma d’organisation et de gestion des déchets ainsi qu’un plan de respect de l’environnement.

La réalisation de ce projet a été confiée au groupement Boyer / Tropical architecture / Luseo Pacific / Polynésie Ingénierie / Cegelec, sous la forme d’un marché de conception-réalisation, pour un montant de 1.750 milliard de Fcfp comprenant, les bâtiments, le parking sous-terrain et l’aménagement paysager.

Ajout d’une passerelle piétonne

Enfin, ce terminal de croisière sera complété par une grande passerelle piétonne qui surplombera le boulevard Pomare. Cette nouvelle liaison contribuera au renforcement du lien entre le terminal et le centre-ville de Papeete. Surtout, elle permettra aux touristes et au public, y compris aux personnes à mobilité réduite, de traverser cette voie à grande circulation, en toute sécurité.

Le président, en charge du Tourisme, a rappelé dans son discours que la réalisation d’une telle structure s’inscrit dans la stratégie de reconquête du Tourisme : « La Polynésie représente plus ou moins 1000 escales par an, quand l’Australie en représente environ 750 et la Nouvelle-Zélande 700. Il faut mettre en place une synergie régionale pour nous positionner en tant que tête de ligne régionale et inciter les armateurs à ne plus considérer la Polynésie comme simple destination de passage. »

L’enjeu est fondamental, puisqu’il s’agit de maintenir la Polynésie dans la catégorie hyper concurrentielle des « destinations de choix » des navires de croisières.

Ainsi, ce terminal international de croisière marquera le pas vers une meilleure structuration et gestion de la montée en puissance des capacités opérationnelles et réceptives, mais surtout l’impulsion d’une véritable volonté pour positionner la Polynésie en tant que tête de ligne régionale, se démarquant des destinations concurrentes.

Les travaux de construction sont prévus pour durer douze mois, au terme desquels nous aurons un outil performant pour accompagner le développement du tourisme de croisière tout en apportant aux professionnels du secteur un confort inégalé dans l’exercice de leur activité.

Source: Gouvernement

 1,247 visiteurs total,  6 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :