27 novembre 2020

Une stagiaire du RSMAPf se donne la mort par pendaison

Stupeur dans le « petit monde » du Régiment du service militaire adapté (RSMAPf) en Polynésie et de l’armée en général après l’annonce du décès d’une stagiaire qui s’est donnée la mort par pendaison.

« Le régiment du service militaire adapté de Polynésie française a l’immense tristesse de faire part du décès du volontaire stagiaire Georgina Teaka survenu le 10 septembre.
Le régiment s’associe au deuil qui affecte sa famille et lui présente ses sincères condoléances », peut-on lire ce soir sur les réseaux sociaux.
La jeune femme, originaire de Reao, aurait mis fin à ses jours après avoir subi une agression sexuelle de la part de l’un des cadres du groupement militaire; des faits qui l’auraient conduit à déposer plainte à la gendarmerie.
Deux autres jeunes volontaires auraient également été victimes du même homme. Elles seront entendues prochainement sur ces faits.
Compte tenu de la gravité des faits, deux enquêtes vont être ouvertes prochainement. Par ailleurs, une autopsie du corps de Georgina Teaka sera pratiquée ces jours-ci.

 6,995 visiteurs total,  3 visiteurs aujourd'hui

3 thoughts on “Une stagiaire du RSMAPf se donne la mort par pendaison

  1. Totalement scandaleux et inadmissible de surcroît par des cadres de l’armée. Si cela se révèle exact, on espère une sanction exemplaire pour ce salopard.

  2. Dans un moment ou nous subissons le Covid, les incendies meurtriers, les attentats et autres braves et frères qui tombent en OPEX, il faut que nous rajoutions la honte et le déshonneur ?!?!? Si ce cadre est réellement coupable qu’il soit triplement puni: le premier pour avoir causé le décès de cette jeune Citoyenne stagiaire de nos Forces, le deuxième du viol provoquant son déshonneur et le troisième pour l’opprobre qu’il fait porter aux corps Militaires et à leurs anciens pour un acte d’une bassesse sans nom !
    Qu’il ne soit nullement noter qu’elle soit morte par pendaison mais plutôt par détresse et désespoir d’avoir eu son honneur violé, à la justice d’œuvrer ! Et que nos forces enterrent cette jeune Citoyenne volontaire comme l’une des leurs et non comme une stagiaire ! C’est le moins que nous puissions faire.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :