Assurance chômage ? Chiche, dit le gouvernement aux partenaires sociaux

En réponse à une question orale posée ce matin à l’assemblée de la Polynésie française par la représentante (Tavini), Eliane Tevaahitua, la ministre du Tourisme et du Travail, Nicole Bouteau, s’est dit « favorable à la création d’une caisse d’assurance chômage » en Polynésie française.

Il s’agit là d’un sujet éminemment sociétal qui ne peut pas être réglé sur le coin d’une table, à la sauvette. Depuis des décennies, on en parle mais aucun gouvernement jusqu’ici n’a osé donner corps à un tel dispositif à la fois complexe à gérer et potentiellement coûteux pour la collectivité.

Mais le contexte est particulier. Pour faire face à la pandémie du Covid-19, le gouvernement a déjà pris un certain nombre de mesures d’urgence pour aider les entreprises et compenser les pertes de salaire. « C’est avec cette organisation montée en toute urgence que nous avons pu être au rendez-vous des attentes de nombreux Polynésiens ici à Tahiti mais aussi dans les îles. Ainsi, depuis le 20 mars, ce sont 15 000 personnes, salariés et travailleurs indépendants, qui ont pu bénéficier de l’aide du Pays pour un montant de 1,5 milliard de Fcfp », a indiqué la ministre.

Pour favoriser les conditions de reprise de l’activité économique post-confinement, d’autres dispositifs ont été créés pour lesquels il reste à prendre les arrêtés d’application  : le DIESE est destiné à soutenir les entreprises qui auront réduit temporairement leur activité par une aide financière permettant de compenser la perte de salaire des salariés impactés par la baisse du temps de travail et le DESETI destiné quant à lui à compenser la perte de revenus des travailleurs indépendants contraints de cesser temporairement leur activité du fait de la crise.

En l’état actuel de la situation du Pays, ces dispositifs ont été pensé pour une durée de vie de quelques mois car la trésorerie du Pays n’est pas un puit sans fond, tempère Nicole Bouteau, tout en étant consciente que « Notre Pays va rentrer dans une crise sans précédent qui aura pour conséquence la disparition de nombreux emplois, notamment dans le secteur du tourisme et plus particulièrement de l’hôtellerie. Ce sont près de 12.000 salariés dont il s’agit, fragilisant fortement notre système de protection sociale ».

Et de conclure: « Madame la Représentante, vous nous interrogez sur la mise en place d’une caisse assurance chômage en  Polynésie Française. Nous y sommes favorables. Oui, ce système contributif joue un rôle d’amortisseur social et constitue un levier social important pour les personnes privées d’emploi. Il faut que les partenaires sociaux y adhérent également car les financements nécessaires pour alimenter une assurance chômage doivent être partagés entre partenaires. »

Le gouvernement d’Edouard Fritch se dit donc prêt à engager les travaux avec les partenaires sociaux sur ce chantier important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *