19 octobre 2021

Budget 2022 de la Nation: que faire des fruits de la croissance ?

Le gouvernement présente en conseil des ministres ce mercredi 22 septembre le projet de loi de finances (PLF) pour 2022, au menu des travaux parlementaires cet automne.

« Le quoi qu’il en coûte, c’est fini. » Ainsi Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances, avait fait sa rentrée devant le patronat fin août.

Pour son deuxième budget depuis l’irruption du covid-19, le gouvernement peut compter sur la reprise économique, et donc la perspective de meilleures recettes fiscales. Prudent dans ses prévisions de croissance pour 2021 (6 %), l’exécutif table sur 4 % en 2022. Le déficit serait réduit de 8,4 % à 4,8 % du PIB, et la dette refluerait légèrement, de 116 % du PIB à 114 % l’an prochain, selon son scénario macroéconomique.

L’acrobatie s’annonce de haute volée : Bruno Le Maire avait promis qu’une « partie des fruits de la croissance » devait « aller à la réduction des déficits et à la baisse de la dette publique ». Et en même temps, il s’agit de ne pas compromettre la relance, après plusieurs confinements qui ont mis à rude épreuve les finances publiques.

Le 15 septembre, Pierre Moscovici, en sa qualité de président de la Cour des comptes, avait rappelé à l’ordre le gouvernement, dans une interview donnée aux Échos. « Cette période pèse durablement sur nos finances publiques et elle a entraîné des charges pérennes qui ne sont pas toutes directement liées à la crise. »

Ce budget a également une coloration particulière : il s’agit du dernier budget avant la présidentielle, avec des revendications à satisfaire ou des promesses à tenir. Déjà cet été, Bercy prévoyait près de 11 milliards de dépenses supplémentaires en 2022 pour les différents ministères. C’était avant une série d’annonces à la rentrée, qui n’ont pas manqué de faire réagir au Sénat.

Lire la suite sur Public Sénat

source: Yahoo actualités

 

 235 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :