Coronavirus: l’heure n’est toujours pas aux réjouissances…

Comme ce qui a été convenu depuis le début de la crise sanitaire, le ministre de la Santé, Jacques Raynal, a commenté cet après-midi les derniers chiffres de la contamination au Covid-19 en Polynésie française.

Depuis ce samedi matin, Tahiti compte officiellement un nouveau cas confirmé. Il s’agit d’un résident de la commune associée de Hitiaa o Tera, sur la côte est. Précisons que seuls les tavana (maire) des communes infectées sont désormais informés du lieu où vivent les malades afin d’assurer, en cas de besoin, la surveillance qui s’impose. Dans le cas présent, nous avons ici affaire à un « cas contact », et non autochtone, pour lequel fort heureusement on peut remonter la source de contamination.

A propos des quarante cas Covid, actuellement recensés dans nos îles, le ministre a signalé en préambule de son intervention que certains ne respectaient pas les mesures strictes de confinement et que, si cela se renouvelait, des sanctions plus lourdes pourraient être prises à leur encontre.

Aussi, Jacques Raynal l’a redit avec force: « Il ne faut pas trop se réjouir… » Et de prendre l’exemple de l’Italie où le 23 février, on ne dénombrait que 75 cas, puis 2500 le 4 mars, 17 700 le 11 mars et 60 000 le 24 mars. C’est aujourd’hui en Europe le pays qui enregistre le plus grand nombre de décès devant l’Espagne et la France.

Alors, dans ces circonstances, à quoi bon lui dire que la population commence (déjà!!) à être « fiu » de rester à la maison…si c’est pour l’entendre nous annoncer qu’à chaque nouveau cas déclaré, c’est -théoriquement- trois semaines de prolongation du confinement qui devraient être décrétées. A cette allure, nous y serons encore à la mi-mai.

La solution viendra t-elle d’une accélération du nombre de test ? A ce jour, l’institut Malardé en pratique une trentaine par jour. Et encore, dans deux cas bien précis: si vous revenez de voyage ou si vous avez été en contact avec une personne déjà contaminée. Il est prévu d’intensifier le nombre de prélèvements.

Enfin, le représentant de l’Organisation mondiale de la Santé, Sean Casey, a fait le point sur l’épidémie dans le Pacifique, confirmant ainsi que la région semblait quelque peu épargnée. Il est vrai que nous sommes au bout du monde…A titre de comparaison, on enregistre à ce jour 12 cas à Fidji, 93 à Guam dont 4 morts et 18 en Nouvelle-Calédonie. A ses yeux, la situation en Polynésie reflète une bonne application des règles de confinement.

1 thought on “Coronavirus: l’heure n’est toujours pas aux réjouissances…

  1. Oui bon adopté le confinement faut dire très vite a Papeete c’est la fête tout le monde ce balade et ça circule un confinement c’est pas ça a bon entendeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *