Coup de pouce (chiffré) en faveur des Smigards, fonctionnaires et retraités à compter du 1er mai

Au sortir du conseil des ministres, le vice-président du gouvernement, Edouard Fritch, ainsi que deux ministres, Virginie Bruant (Travail, Emploi) et Christelle Lehartel (Education, Fonction publique), ont détaillé les mesures prises en faveur d’un maintien du pouvoir d’achat des Polynésiens.

Ces mesures en faveur du Smig, du point d’indice des fonctionnaires ou encore des retraités (tranche A) ne sont pas une surprise puisqu’elles ont été dévoilées il y a quelques jours par le président Fritch à l’ouverture de la session administrative de l’assemblée de la Polynésie française.

Elles sont de nature à compenser, en partie du moins, l’envolée des prix constatée essentiellement au niveau des produits alimentaires de base comme l’huile tournesol, la farine (et donc le pain) etc.

S’agissant de la revalorisation du salaire minimum, elle devrait atteindre au moins 2% et applicable à compter du 1er mai 2022. Même si les discussions sont toujours en cours avec les employeurs car il ne s’agit pas non plus de renchérir, de manière insoutenable, le coût du travail au moment même où se dessine la relance économique. Précisons que ce taux horaire était de 650, 88 francs pacifique en 2004 pour un salaire de 110 000 Fcfp. Dix huit ans plus tard (2022), ce taux devrait passer à 947,37 Fcfp, pour un total (brut) de 159 092 Fcfp sur la base de 169 heures travaillées dans le mois. Cela représente un bonus d’un peu plus de 3000 Fcfp.

Sur le front de l’emploi, la ministre Virginie Bruant s’est félicitée que l’on ait « récupéré le taux d’emploi d’avant-crise ». Ce qui constitue surtout une bonne nouvelle pour tous les demandeurs en recherche…

Pour ce qui est du point d’indice des fonctionnaires, il va passer de 1015 à 1030. Là encore, l’effort n’est pas négligeable ! Ce point d’indice se situait à 950 en…2004. C’est dire que les agents de la fonction publique du Pays n’ont pas été favorisés outre-mesure. Coup de pouce également en faveur des ANFA (Agents non fonctionnaires de l’administration). Celui-ci est déjà appliqué depuis le mois de mars avec un surcoût budgétaire pour la collectivité polynésienne estimé à 84 millions de Fcfp en 2022.

Enfin, les retraités (tranche A) ne sont pas oubliés puisque conformément à la décision prise la veille par le conseil d’administration de la Caisse de prévoyance sociale (CPS), le niveau des pensions sera réévalué de 2%. « C’était une décision attendue par les intéressés », a déclaré le VP. La réflexion est également en cours pour faire un geste supplémentaire en faveur des attributaires du minimum vieillesse.

 591 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :