28 septembre 2020

Covid-19 et ses conséquences: l’Etat estime avoir déjà pris sa part

La solidarité nationale est au rendez-vous pour soutenir la Polynésie française et les secteurs économiques les plus impactés (hôtellerie, transport aérien, perliculture) par les conséquences de la crise sanitaire, affirme le représentant de l’Etat au fenua. Et d’énumérer ci-dessous tous les dispositifs mis en oeuvre dans ce cadre.

Des outils en partenariat avec le Pays, les banques, la CCISM et les organisations patronales ont été rapidement mis en place pour faire face à l’urgence économique :

  • Fonds de solidarité aux petites entreprises

Objectif : aider directement les plus petites entreprises, indépendants, patentés, professions libérales et associations.

Aides versées aux entreprises: près de 20 000 versements à ce jour au titre des mois de mars à juin 2020 : 3 milliards FCFP. Le dispositif est toujours actif.

  • Liquidités apportées par l’IEOM aux banques polynésiennes pour leur permettre de financer le tissu économique en accordant des prêts aux entreprises

Objectif  : assurer la liquidité des banques via des appels d’offres au marché.

Montant : 5 lignes de refinancement de 40 milliards FCFP pour la PF.

Taux 0% voire entre -0,3 et -0,1 % pour deux lignes de refinancement.

Soutien financier de l’AFD à la SOCREDO : 7 milliards FCFP versés depuis le début de l’année.

  • Prêt garanti par l’Etat aux entreprises (PGE)

Objectif : répondre aux besoins de trésorerie des entreprises.

Taux 1 % dont 0,25% pour la garantie de l’Etat.

Durée : 1 an avec un échelonnement du remboursement sur une durée plus longue si nécessaire.

= > 634 bénéficiaires à ce jour représentant 43,2 milliards FCFP d’encours.

Le dispositif est toujours actif.

  • En complément de ces dispositifs, l’Etat, via l’AFD, a accordé un prêt garanti au Pays pour un montant de 28,6 milliards FCFP. Il s’agit de répondre dans l’immédiat aux besoins de trésorerie du Pays et de la CPS, ainsi que les mesures d’urgence mises en place par le gouvernement polynésien.

La convention de crédit a fait l’objet d’une concertation très étroite entre les services de l’Etat et du Pays qui ont fourni un travail de production et d’analyse fondé sur des hypothèses de conséquences de la crise sanitaire (impact économique et social et PIB) et sur les modalités de la réponse de l’Etat à cette situation.

Ces dispositifs correspondent à des mesures d’urgence pour répondre aux effets immédiats de la crise née de l’épidémie de covid-19. L’Etat continuera à être présent lors de l’élaboration du plan de relance national et sa déclinaison en Polynésie française.

 65 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :