26 septembre 2021

Covid: « La décroissance des cas n’est pas pour demain matin », selon J. Raynal

Le ministre de la Santé, Jacques Raynal, assisté d’un épidémiologiste, Jean-Marc Segalin, et de Daniel Ponia, Monsieur Vaccin en Polynésie française, ont fait un point cet après-midi sur la situation du covid.

On peut douter du vaccin, de son efficacité, de la gravité de l’épidémie…mais pas des chiffres! Et ces chiffres, alarmants, ont été largement exposés lors du point presse.

A la date du 25 août, les autorités dénombraient officiellement 321 hospitalisations, 57 personnes placées en réanimation, 25 nouveaux décès (en vingt-quatre heures), 45 îles sont touchées. Sur le front de la vaccination, elle s’accélère avec 129 725 personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin, soit 45,4% de la population polynésienne contre 34,4% qui ont un schéma vaccinal complet.

87,7% des personnes actuellement hospitalisées ne sont pas vaccinées ou n’ont pas de schéma vaccinal complet. Ces même patients ont « dix fois plus de chances de se retrouver sur un lit d’hôpital », en a conclu l’épidémiologiste, Jean-Marc Segalin.

Quant à savoir si l’on a atteint le pic épidémique…les responsables de la Santé se sont bien gardés de tirer une telle conclusion! Pour le ministre de la Santé, une chose est sûre: « La décroissance des cas n’est pas pour demain matin ! Elle sera lente. Mais bien entendu, notre espoir serait d’atteindre un plateau (stabilité) le plus tôt possible ».

Cette question n’est pas anodine. Sa réponse conditionne la fin du confinement le 6 septembre prochain. Ou sa reconduction pour une voire deux semaines supplémentaires ? A ce propos, Jacques Raynal a été aussi clair: « Nous sommes dans l’observation », a t-il dit, et compte tenu d’un certain nombre d’incertitudes, les décisions seront prises. Etant entendu qu’elles seront lourdes à porter en raison des conséquences sur la vie économique et social du fenua.

Lors du point presse, il a également été question de l’efficacité des vaccins Pfizer et Moderna, le second étant meilleure réputation…Sur ce point, le ministre s’est voulu rassurant: « La baisse du taux des anticorps est un phénomène naturel dans le temps. Pour autant, cela ne remet pas en cause l’efficacité des vaccins contre la maladie ». Quant à l’idée de privilégier la venue du Moderna plus que du Pfizer, J. Raynal s’y refuse, rappelant au passage que « les vaccins sont fournis, gratuitement, par la métropole ».

 730 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :