8 décembre 2021

Dépollution des terres datant du CEP: Macron l’a demandé, Sorain l’a fait

Le haut-commissaire de la République, Dominique Sorain et le contre-amiral Jean-Mathieu Rey, commandant de la zone Asie-Pacifique et des Forces armées en Polynésie française, se sont rendus le 2 novembre dans l’archipel des Gambier pour constater l’avancée des travaux de nettoyage des anciens sites utilisés par les installations du Centre d’Expérimentation du Pacifique (CEP).

A l’occasion de sa visite en juillet dernier, le président de la République, Emmanuel Macron avait pris l’engagement de terminer le retrait des matériaux encore présents sur certains atolls et datant du CEP.

Dès la fin du mois d’août, le haut-commissaire a adressé un courrier aux différents maires afin qu’un recensement exhaustif puisse être effectué, en lien avec les propriétaires fonciers, les ayants-droit, les communes, l’armée et les services de l’État.

Plusieurs missions d’évaluation ont été organisées au mois de septembre à Tureia, Hao et Gambier afin de quantifier les travaux restant à réaliser.

Mi-octobre, les premiers chantiers de nettoyage et de remise en état ont été lancés à Mangareva.

Une section du RIMaP-P, composée de trente militaires, est intervenue sur les différents sites référencés. La commune de Gambier a apporté un appui précieux dans la réalisation des travaux au travers de sa régie communale. La coordination entre les services de la commune et les militaires a permis de traiter une première partie des zones concernées.

Ainsi, ce sont onze tonnes de déchets métalliques pour un volume de 25 m3 qui ont été enlevés sur le motu de l’aéroport de Totegegie. À Taku, près de 200 m3 de béton, correspondant à d’anciennes dalles de maisons d’habitation, ont été enlevés sur le terrain d’un particulier. Le bâtiment de la Marine nationale « Le Bougainville », venu en support de l’opération, se chargera du rapatriement jusqu’à Papeete des matériaux métalliques retirés.

La présence des militaires a également permis de retracer un ancien sentier, en liaison avec une association sportive de l’île, afin d’accéder au site de la station météorologique désaffectée, aujourd’hui totalement recouvert par la végétation.

Le travail engagé se poursuivra sur les autres sites identifiés à Mangareva ainsi que dans les autres atolls au cours des semaines à venir.

Ces premières actions concrètes matérialisent, trois mois après la visite présidentielle, la volonté de tenir au plus tôt les engagements pris par l’État.

source: Etat

 363 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :