1 décembre 2021

Dette de la Polynésie française: parlons chiffres…

Pour la deuxième année consécutive, crise sanitaire oblige, la Polynésie française s’est trouvée dans l’obligation de contracter plusieurs emprunts pour faire face à ses obligations à la fois économiques et sociales. Faut-il s’en inquiéter ? Eléments de réponse.

Mesures d’aides à l’emploi (près de 27 milliards en deux ans), soutien à la compagnie ATN, subventions d’équilibre au profit de la Caisse de prévoyance sociale…Le « quoiqu’il en coûte » déployé ailleurs comme ici pour parer aux conséquences du covid-19, laisse des traces sur le plan budgétaire.

Les représentants à l’assemblée connaissent parfaitement la situation financière du Pays; ils ont d’ailleurs adopté, jeudi 7 octobre, à l’unanimité, le 4ème et dernier collectif budgétaire qui prend en compte les derniers « rebondissements » épidémiques.

Alors oui, face aux dépenses supplémentaires générées notamment pour la prise en charge des malades du coronavirus, le Pays s’endette. A des niveaux jamais atteints jusqu’ici! Mais la collectivité est un client sérieux et bancable. C’est pourquoi on lui prête, à des taux défiants toute concurrence.

Au 31 décembre 2021, l’encours de la Polynésie atteindra un peu plus de 152 milliards Fcfp dont, et c’est important de le signaler, 64,4 milliards de Fcfp au titre des deux emprunts garantis par l’Etat. Deux PGE (1 et 2) dont le remboursement ne débutera qu’en 2023 et 2024, ce qui laisse le temps de voir venir…Rappelons également qu’une partie importante du PGE2 (près de 30 milliards de Fcfp) sera consacrée aux mesures du Plan de relance en cours.

 418 visiteurs total,  4 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :