24 septembre 2022

Essais nucléaires: touchez pas à nos « vestiges » ?

C’est en quelque sorte le message adressé par le leader du Tavini huiraatira, Oscar Temaru, aux plus hautes autorités de l’Etat.

Le chef de file des indépendantistes polynésiens en connait un rayon sur ce qu’il appelle la « colonisation nucléaire » menée par la France entre 1966 et 1996. L’illustration ci-jointe (photo la Voix du Nord) atteste de sa détermination !

Plus de vingt-cinq après la fin des expérimentations, il n’a de cesse de réclamer des comptes! A la France. Devant l’Onu et toutes les plus hautes juridictions pénales. Et d’accuser la puissance administrante de ne rien faire, de laisser les choses en l’état.

Alors que les choses commencent à bouger, au travers notamment les discussions de haut niveau baptisée « Reko Tika », Oscar Temaru trouve naturellement le moyen de s’opposer au mouvement. Et d’accuser l’Etat français de vouloir « effacer les vestiges » du passé. En référence à l’annonce faite ces jours par le haut-commissaire de vouloir détruire le blockaus anti-nucléaire de l’atoll de Tureia.

En conclusion, le communiqué dénonce « la main invisible de l’Etat qui, au travers de Reko Tika, continue de détruire l’univers mental des Polynésiens en effaçant les traces, les preuves et les vestiges constituant l’histoire d’une colonisation nucléaire par l’armée et l’argent ». Comme s’il n’existait pas suffisamment de photos, films, vidéos, sans parler des nombreux ouvrages à charge, qui témoignent de cette époque sous haute tension à laquelle, rappelons-le, toutes les grandes puissances mondiales (Etats-Unis, Chine, URSS, Grande Bretagne etc) ont succombé.

Photo: La Voix du Nord

 729 visiteurs total,  3 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :