28 novembre 2021

Greffe d’animal à humain: ça marche !

Un pas de plus vers la xénotransplantation.

Pour la première fois, un rein de porc a été greffé temporairement chez un humain sans déclencher de rejet immédiat. L’équipe chirurgicale a opéré au centre médical NYU Langone de New York, avant d’observer la réaction du patient pendant 54 heures.

La transplantation de l’animal à l’Homme est une piste invoquée depuis plusieurs années pour parer à la pénurie d’organes. Les porcs ont été l’axe de recherche le plus récent pour y remédier, mais il y avait un certain nombre d’obstacles. Parmi eux: un sucre dans les cellules de porc qui attaque le système immunitaire humain, et provoque un rejet immédiat des organes.

Cette recherche est “une étape importante”, a déclaré le Dr Andrew Adams de la faculté de médecine de l’Université du Minnesota, qui ne faisait pas partie des travaux. Cela rassurera les patients, les chercheurs et les régulateurs “que nous avançons dans la bonne direction”.

“Il avait une fonction absolument normale”

La receveuse était une patiente en mort cérébrale, maintenue en vie sous assistance respiratoire. Celle-ci présentait aussi des signes de dysfonctionnement rénal et – avec l’accord de la famille – les médecins ont pu expérimenter cette greffe inédite.

Les chirurgiens ont attaché le rein de porc à une paire de gros vaisseaux sanguins. Il a été maintenu à l’extérieur du corps afin de pouvoir être observé pendant plus de deux jours. Le rein a fait ce qu’il était censé faire, c’est-à-dire filtrer les déchets et produire de l’urine, sans déclencher le rejet.

“Il avait une fonction absolument normale”, a déclaré le Dr Robert Montgomery, qui a dirigé l’équipe chirurgicale le mois dernier à NYU Langone Health. “Il n’a pas eu ce rejet immédiat dont nous nous sommes inquiétés.” Le taux de créatinine – un indicateur d’une mauvaise fonction rénale – est revenu à la normale après la greffe, a déclaré Montgomery.

Cette idée de greffes d’animal à humain – ou xénotransplantation – remonte au 17e siècle où des transfusions de sang animal étaient mises en œuvre. Trois siècles plus tard, les chirurgiens avaient réussi à maintenir en vie un nourrisson mourant pendant vingt-et-un jours, avec un cœur de babouin.

source: Yahoo actualités

 389 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :