28 novembre 2021

J-C Bouissou promu vice-président, pas de nouveau ministre en remplacement de N. Bouteau

Dans une longue allocution prononcée ce mercredi matin, au sortir du conseil des ministres, le président Edouard Fritch a fait plusieurs annonces importantes liées notamment au fonctionnement de son gouvernement.

En l’espace d’une semaine, en effet, l’exécutif local a connu deux faits marquants. Pour ne pas dire, déstabilisants…

Le 5 novembre d’abord, le titre de vice-président était officiellement retiré à Tearii Alpha, par ailleurs ministre de l’agriculture, car « en ne se soumettant pas à l’obligation vaccinale qu’il a lui-même soutenue en conseil des ministres, il créée un trouble manifeste qui n’est pas compatible avec cette importante fonction de numéro 2 », a expliqué Edouard Fritch. Le 12 novembre ensuite, et par ricochet, la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, déposait sa démission au motif que Tearii Alpha n’avait pas été totalement exclu. Ce à quoi le président se refuse…

Dans ce contexte, c’est donc Jean-Christophe Bouissou, ministre du logement, qui a été nommé vice-président. « Un compagnon de longue date » qui a « une bonne maîtrise des dossiers », a précisé Edouard Fritch, et en qui il a « toute confiance » pour mener les affaires du Pays.

En second lieu, les différents portefeuilles qui incombaient jusqu’ici à Nicole Bouteau ont été répartis de la manière suivante: le Tourisme à Yvonnic Raffin, le Travail et Dialogue social à Christelle Lehartel et enfin, les Relations du gouvernement avec les institutions à René Temeharo.

Pour le président Edouard Fritch, il convient avant tout de passer l’étape du vote du budget primitif 2022, prévu début décembre à l’assemblée. Après quoi il n’exclut pas « un éventuel remaniement du gouvernement ». Il faut dire que ce surcroît de travail imposé aux trois ministres concernés ne pourra pas durer éternellement…

S’agissant encore du cas de Tearii Alpha, le président estime que l’intéressé « est encore dans le délai pour se soumettre » à l’obligation vaccinale puisque rappelons-le, deux mois supplémentaires (jusqu’au 23 décembre) ont été accordés, le temps de rassurer les partenaires sociaux sur ce texte jugé au départ « incompris et méconnu » du grand public.

En conclusion, le président a souhaité dédramatiser la situation: « Je ne vois dans ces petits peapea » internes que des péripéties secondaires, certes fâcheuses mais secondaires, voire minimes au regard des enjeux tellement importants qui doivent mobiliser notre énergie ».

 426 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :