Le Gouvernement prend le poul des chefs d’entreprises

Le président Edouard Fritch, accompagné de membres de son Gouvernement, est allé à la rencontre jeudi matin des importateurs, commerçants et industriels situés dans la zone industrielle et commerciale de Fare Ute.

Ces visites s’inscrivent dans la continuité des précédentes rencontres auprès des entreprises situées dans la vallée de Tipaerui, et des commerçants du centre-ville de Papeete. Dans un contexte international tendu à cause de la crise sanitaire et des tensions géopolitiques consécutives à la guerre en Ukraine, les entreprises locales se sont retrouvées fragilisées. Le Gouvernement a mis en œuvre un ensemble de mesures permettant d’amortir les effets de la crise. Pour le président, l’objectif de ces tournées est à présent d’échanger avec les dirigeants des entreprises, afin d’évaluer l’impact des mesures prises afin d’améliorer l’accompagnement des entreprises.

La visite a débuté dans les locaux de Technimarine, une entreprise de construction, d’entretien et de réparation navale de soixante dix employés. Les échanges ont principalement porté sur la hausse des prix des matières premières, notamment l’aluminium dont les prix flambent, et des difficultés d’approvisionnement. Il a aussi été question des filières professionnelles qualifiantes, comme les soudeurs, et de remblais permettant l’extension de l’activité. La délégation s’est ensuite rendue auprès des importateurs, Coutimex, Océania, et Wing Chong. Les difficultés liées l’approvisionnement, la hausse des prix des marchandises, et surtout du fret maritime, ainsi que les produits de premières nécessités et les produits de grande consommation étaient au centre des discussions.

La tournée s’est poursuivie auprès des entreprises, ACE, TESA, et Yamaha ou les membres du Gouvernement ont été accueillie avec grande satisfaction. Les échanges ont porté sur le coût du fret, la taxation, les délais d’acheminement des marchandises, le commerce par internet, ou des besoins d’extension.

De manière générale, les dirigeants d’entreprises ont reconnu les efforts mis en place par le Pays face aux difficultés liées au contexte économique perturbé que nous connaissons. Ils ont aussi profité de l’occasion pour relever les points bloquants ou à améliorer. Ces rencontres leur ont permis de s’exprimer directement auprès des membres du Gouvernement et cette proximité a été très appréciée.

Plus de 20 milliards d’investissements à venir pour le Port

A l’occasion des soixante ans du Port autonome (1962-2022), le Port avait invité quelques chefs d’entreprises, importateurs et acconiers à prolonger les échanges à bord de l’Aranui, amarré au quai des goélettes à Papeete. L’occasion pour le président et ses ministres d’approfondir les échanges avec les chefs d’entreprises de la zone industrielle.

A cette occasion, le ministre des Grands Travaux, président du conseil d’administration du Port Autonome, évoquant les mesures prises par le gouvernement pour soutenir les entreprises et préserver le maximum d’emplois, soulignait : « Considérant cela, lorsqu’on regarde ce qui se passe ailleurs dans le monde, nous n’avons pas à rougir de ce que nous avons fait, bien au contraire. Toutes proportions gardées, on peut dire, malgré tout, que la Polynésie française ne s’en sort pas trop mal, que les dégâts ont pu être limités. C’est autant le résultat des mesures d’aide et de soutien mises en place par le Pays et l’Etat, que par votre propre capacité d’adaptation et de résilience. »

 René Temeharo a ainsi rappelé aux chefs d’entreprises présents les efforts réalisés spécifiquement par le Port durant la crise de la covid 19 pour soulager la charge des 250 entreprises de circonscription portuaire de Fare Ute. Un soutien sous forme d’exonération variant entre six et douze mois pour le paiement de diverses prestations, telles que les loyers, les frais de remorquage, d’amarrage, de redevance, de stationnement et d’encombrement, de gardiennage, etc.

Puis le ministre des Grands Travaux a présenté les investissements à venir pour un montant de près de 20 milliards 345 millions de francs pacifique sur cinq ans qui vont être injectés dans l’économie notamment au profit des entreprises du BTP, parmi lesquels l’extension du quai au long cours, l’approfondissement et l’élargissement de la passe de Papeete, la construction du terminal de croisière ou encore la réalisation du quai de cabotage n°6 à Motu Uta dans le prolongement du quai de l’Aranui.

« Notre préoccupation, c’est de retrouver de la croissance et de créer des emplois. »

Le président s’est dit conscient que la crise n’est pas terminée. Il a encouragé les entreprises à d’adapter, tout en rappelant que « l’action du gouvernement s’arrête là où commence la vôtre. Le gouvernement n‘a pas l’intention de se substituer à vous, car il ne saura pas faire et ce n’est pas son rôle. Nous essaierons de vous accompagner du mieux possible, comme nous l’avons fait jusqu’à présent. Notre préoccupation, c’est de retrouver de la croissance et de créer des emplois. »

A l’issue de cette matinée de visites et d’échanges, le Président résumait son sentiment ainsi : « Ce matin j’ai vu des entreprises qui se battent, j’ai vu de jeunes héritiers qui se battent. Tout ceci me rend optimiste, c’est cette volonté qui va sauver la Polynésie, car nous avons besoin d’eux pour créer les emplois et renouer avec la croissance. Nous avons été à leur côté et nous continuerons de l’être, en même temps, bien évidemment, que nous sommes aux côtés de la population », rappelant les nombreuses mesures adoptées pour amortir la crise dans le cadre du bouclier anti-inflation, et les sommes considérables mises en œuvre par le Pays et par l’Etat pour accompagner les entreprises, préserver les emplois et le pouvoir d’achat des plus petits revenus.

source: Gouvernement

 474 visiteurs total,  4 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :