31 juillet 2021

Le Matatiki rejoint le ‘Ori tahiti à l’inventaire national

L’occasion pour le président Edouard Fritch de mettre en avant la richesse du patrimoine des Marquises, la richesse de notre Fenua et la diversité culturelle de la France.

C’est, à t-il dit, « l’aboutissement d’un travail de plusieurs années, mené par des spécialistes et des passionnés de la culture marquisienne qui ont voulu faire reconnaître une pratique ancestrale, celle du Matatiki, l’art graphique marquisien. » En inscrivant à l’Inventaire national l’art iconographique marquisien, le matatiki, le Comité du patrimoine ethnologique et immatériel, et par son intermédiaire l’Etat français, reconnaît l’Histoire de ce patrimoine immatériel et son impact par-delà notre grand Océan.

Il en a profité pour féliciter l’association Patutiki qui a su faire preuve de pugnacité et d’abnégation pour mener à bien ce projet. Mais également la Communauté de Communes des Îles Marquises (CODIM), dont le soutien sans faille à ce projet à contribuer de façon significative à sa réussite.

La Polynésie française est engagée, depuis de nombreuses années, dans un processus de sauvegarde de son patrimoine culturel immatériel, de ses pratiques, ses savoirs et savoir-faire au moyen de leur conservation, leur préservation et leur mise valeur.

Puis le président d’ajouter: « Si pour certain cette inscription est perçue comme « exclusivement » symbolique, je rappelle qu’elle constitue également un engagement en faveur de la sauvegarde de la pratique en vue de garantir la persistance de notre patrimoine vivant sur les années à venir. Ainsi désormais après la date du 26 octobre 2017 qui a vu l’inscription du ‘Ori Tahiti à l’inventaire national s’adjoint celle du 03 mars 2020 qui marque l’inclusion de la fiche du « Matatiki, art graphique marquisien ».

Mais l’inventaire national n’est pas nécessairement une fin en soi car derrière s’esquisse la reconnaissance internationale qu’est l’inscription au sein de la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO. « Lorsque cette étape viendra, nous serons à vos côtés comme nous l’avons été jusqu’à présent. A ce jour, et comme vous le savez, le dossier que nous souhaitons faire porter devant l’UNESCO est celui du ‘Ori tahiti. Les équipes du ministère de la culture continuent d’œuvrer en ce sens même si la route est longue », a soutenu Edouard Fritch.

 

 1,000 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :