27 novembre 2020

L’esprit du Heiva entretenu par les plus jeunes

Le 26 ème Heiva des écoles de danse et de musiques traditionnelles se déroulera du 08 au 18 juillet 2020 sur la scène du Grand Théâtre, du mercredi au samedi.

Le Heiva des Écoles est le rendez-vous incontournable des écoles de danse traditionnelle, de ‘ukulele et de percussions de Polynésie française, ainsi qu’un moment essentiel du calendrier culturel du Pays. Il a bien pourtant failli ne pas se tenir cette année, tant le calendrier a été bouleversé par la crise mondiale que nous traversons. Il était cependant indispensable aux yeux de tous de marquer cette période par un événement qui nous permettrait de vivre l’esprit du Heiva le temps de quelques soirées. Ainsi, le Heiva des écoles était une belle occasion de donner ce rendez-vous au monde de la culture, de finir ce semestre dans une dynamique positive tout en rassurant public et participants. En parallèle, un village du Tiurai se tiendra dans les jardins de l’établissement en journée, présentant toutes les thématiques artisanales au travers de stands et d’ateliers participatifs. Des dispositifs particuliers validés par les autorités sanitaires du Pays seront appliqués sur tous les événements, afin que chacun se déroule dans les meilleures conditions sanitaires possibles.

Depuis sa création à l’occasion des deuxièmes jeux de la francophonie, le Heiva des Écoles n’a cessé de prendre de l’ampleur : de trois écoles à ses débuts en 1994, il rassemble désormais à chaque édition quarante écoles tous domaines confondus. Cette année, ce ne sont pas moins de vingt-cinq écoles qui relèveront le défi et c’est avec fierté que Te Fare Tauhiti Nui accompagnera ces jeunes artistes sur les planches du Grand Théâtre. Ces milliers de jeunes danseurs et danseuses incarnent, sans aucun doute, la vitalité et la relève de la culture polynésienne.

Depuis plusieurs années, cette rencontre ne se limite plus aux seules écoles de danse : le public a pu découvrir et apprécier le travail des écoles de percussions et de ‘ukulele dans le même cadre, mais aussi depuis 2019, une école de chant traditionnel. Une variété d’expression qui reflète un tout : que serait la danse sans ces instruments qui font vibrer l’âme des danseurs et le cœur des spectateurs ? Comment vivre sa culture sans la chanter ?

Source: dossier de presse

 145 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :