3 juillet 2022

Métiers d’art: quatre révélations polynésiennes à Paris

La 5ème édition du salon Révélations, plus grand événement professionnel consacré aux métiers d’art et à l’artisanat de France, s’est ouverte mercredi à Paris.

Parmi les quatre cents exposants et la dizaine de pays invités figure pour la première fois la Polynésie française. Du 8 au 12 juin, quatre artisans créateurs du fenua assurent ainsi la représentation de la Polynésie française. Les œuvres de Vainui Barsinas, Heremoana Buchin, Ken Hardie et Vaihere Tauraa, seront présentées au public parisien.

Les créateurs sélectionnés invitent les visiteurs au voyage à travers les matières, les techniques et les symboles utilisés dans leur démarche artistique.

Vainui Barsinas, expose deux créations réalisées en roseaux sauvages de ses chères montagnes de l’île de Rapa aux confins des Australes. Heremoana Buchin dévoile une série explorant toutes les caractéristiques de la gravure sur nacre. Ken Hardie joue sur les contrastes d’essences de bois locaux autour des thèmes de l’eau, de la terre, du feu et de la lumière. Enfin, Vaihere Tauraa se penche sur la forme et l’usage de la couronne traditionnelle hei, symbole de rassemblement, réinterprétée avec des écailles de poisson et des matières plastiques récupérées. Tous proposent des œuvres représentatives de la création artisanale polynésienne contemporaine, ainsi qu’une œuvre commune qui leur permet d’allier leur savoir-faire et de représenter la diversité culturelle de la Polynésie française.

Parmi ces quatre artistes et artisans d’art sélectionnés pour l’événement, la Polynésie française a sollicité trois d’entre eux afin de créer une œuvre commune. Tupuna arata’i, pièce en marumaru (Albizia saman) et incrustation de nacres, proposée par Vaihere Tauraa, Ken Hardie et Heremoana Buchin, est ainsi une libre interprétation du lien qui unit les Polynésiens à leur terre et leurs racines. Les références nombreuses de l’œuvre sont ainsi représentatives des problématiques qui inspirent la scène artistique polynésienne contemporaine : allier tradition et modernité, références locales et universalité.

Les pièces exposées, résolument inscrites dans une interprétation contemporaine des formes et des matières locales, entrent en discussion avec celles de Chypre, du Maroc, du Luxembourg, du Nigéria, mais également des multiples galeries et fondations qui exposent au sein du Grand Palais éphémère. Dès la soirée d’ouverture, qui a rassemblé plus de 6000 invités, le stand de la Polynésie française a suscité un vif intérêt des professionnels parisiens, et les deux artistes présents, Vainui Barsinas et Ken Hardie, ont pu nouer des contacts professionnels prometteurs. Ils étaient accompagnés par Gaëtan Deso, commissaire associé, et la déléguée de la Polynésie française, Caroline Tang.

Cette opération, portée par le ministère de la Culture en charge de l’Artisanat, permet aux professionnels de métropole et aux visiteurs du salon de découvrir la technicité et le savoir-faire des créateurs du fenua. Elle s’inscrit dans la politique menée par le Pays pour promouvoir les talents polynésiens sur la scène nationale, prolongeant ainsi les différentes initiatives menées par le ministère de la Culture en ce sens.

source: Gouvernement

 405 visiteurs total,  3 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :