Nuit d’émeutes à Bastia sur fond d’évolution institutionnelle

Au lendemain d’une manifestation de soutien à Yvan Colonna particulièrement tendue à Bastia, Gérald Darmanin a annoncé qu’il se rendrait sur l’île de Beauté mercredi et jeudi pour « ouvrir un cycle sans précédent de discussions avec l’ensemble des élus et des forces vives de l’île », tout en précisant que le « retour au calme » était un « préalable » à tout dialogue éventuel.

Après une manifestation « qui a viré à l’émeute » selon les mots du procureur de Bastia, et qui a fait 67 blessés, dont 44 chez les forces de l’ordre, « il était temps », pour le sénateur autonomiste Corse Paulu Santu Parigi.

Depuis l’agression du membre du « commando Erignac » à la maison centrale d’Arles, la situation n’a pas arrêté de se dégrader en Corse, malgré l’annonce de la levée du statut « DPS » (« détenu particulièrement surveillé ») d’Alain Ferrandi et Pierre Alessandri, les deux autres membres du commando Erignac incarcérés sur le continent.

« Ce que je trouve dommageable, c’est qu’il ait fallu en arriver là », regrette Paulu Santu Parigi. « Cela fait un certain temps que les élus interpellent le gouvernement et que les élections ont validé cette envie d’évolution institutionnelle. C’est triste qu’après nos demandes répétées, il ait fallu en arriver à une violence extrême comme hier soir à Bastia », ajoute le sénateur membre du groupe écologiste au Sénat.

Le sénateur autonomiste regrette certes la violence, mais fait aussi le constat d’une certaine efficacité face à ce qu’il considère comme un « déni de démocratie » de la part du gouvernement : « C’est difficile de condamner totalement […] (…) Lire la suite sur Public Sénat

Source: Yahoo actualités

 549 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :