26 novembre 2020

Paiement des retraites: la réforme de 2019 ne suffit déjà plus à assurer la viabilité du système

Si la réforme des retraites en 2019 a eu pour effet de sauver le régime « Tranche A », pour autant, de nouveaux ajustements paramétriques et/ou structurels s’avèrent indispensables à court terme.

Telle est la conclusion sans appel rendue ces jours-ci par le Conseil d’orientation et de suivi des retraites (COSR) présidé par Dimitri Pitoëf dans son premier rapport annuel 2020 que nous nous sommes procurés.

Ce rapport de 130 pages a été adopté le 20 octobre dernier par dix voix « pour » sur les treize membres désignés pour quatre ans.

Objectif poursuivi: dresser un état des lieux du système de retraite polynésien en vue de rechercher les difficultés rencontrées à court ou moyen terme, tout en prenant en compte les différents paramètres factuels (évolution démographique, espérance de vie, conjoncture économique).

Ce rapport est adossé aux enseignements recueillis par l’étude CPS-Fraeris réalisée début 2020. Ses conclusions sont inquiétantes en ce sens où il apparaît que « la tranche A doit être réaménagée rapidement à l’horizon 2025. Quant à la tranche B, quelles que soient les réformes paramétriques envisagées, elle n’a ni les moyens ni les ressources pour honorer ses engagements auprès de ses affiliés ».

En attendant, si la réforme de 2019 a permis un net ralentissement du nombre de départs en retraite (2072 départs avant le 1er juillet contre 727 après le 1er juillet) – ce qui d’ailleurs était le but recherché… – il n’empêche que la situation est grave! Si l’on se réfère au seul budget prévisionnel 2020 de la CPS, un résultat déficitaire de -3 milliards 958 millions de Fcfp est attendu pour la tranche A, et -502 millions de Fcfp en tranche B, soit près de 4,5 milliards et demi à trouver pour payer toutes les pensions dues d’ici au 31 décembre 2020. Et encore, cette situation financière ne prend pas en compte la crise du covid-19 qui, fatalement, va se traduire par de moindres rentrées financières dans les caisses de la CPS.

En conclusion, le COSR invite les partenaires sociaux ainsi que les pouvoirs publics à se mettre rapidement autour de la table pour trouver des solutions. Et d’annoncer: « Compte tenu des délais nécessaires pour consulter toutes les parties concernées, évaluer l’impact des différents scénarios possibles, proposer des ajustements ou réformes nécessaires, obtenir l’adhésion du plan grand nombre, rédiger les textes réglementaires, les faire adopter et enfin mettre en oeuvre les réformes, le COSR recommande  fortement que soient entamées dès le dernier trimestre 2020 (ndlr: c’est à dire maintenant!) des discussions afin de déterminer la faisabilité et l’opportunité des pistes de réformes identifiées et aboutir à des préconisations courant 2021″.

Crédit photo

 689 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :