9 décembre 2022

Petit mandat (43 jours), grosse rente à vie (130 000 euros par an) !

C’est ce qui s’appelle rentrer dans l’histoire par la petite porte.

Après avoir gouverné pendant quarante-quatre jours, soit le plus court mandat de l’histoire du Royaume-Uni, la Première ministre Liz Truss a dû se résoudre à démissionner de ses fonctions le 20 octobre. Se pose donc maintenant la question de sa « pension de retraite ». Le droit coutumier britannique prévoit en effet une allocation de 115.000 livres par an (130.000 euros, soit plus de 15 millions de Fcfp) pour ses anciens chefs de gouvernement. Or, de nombreuses voix outre-Manche estiment que l’ex-locataire du 10 Downing Street devrait y renoncer, en ces temps de crise économique, comme le relate hier le Guardian.

Car malgré les critiques, il faut bien comprendre que la loi qui régit le fonctionnement du gouvernement ne fait pas cas de la durée du mandat du chef du gouvernement. Avec ses quarante-quatre jours au pouvoir, Mme Truss est légalement considérée comme une ex-Première ministre au même titre que Tony Blair (plus de dix ans à Downing Street), Margaret Thatcher (plus de onze ans) ou Robert Walpole (près de vingt et un ans).

Liz Truss va donc recevoir des avantages que lui procure son ancien statut, entre autres pécuniaires.

Selon la directive qui régit le fonctionnement du gouvernement britannique, elle peut prétendre à l’indemnité pour frais de service public, soit une indemnité fixée comme évoquée plus haut à 115.000 livres (130.000 euros) par an qu’elle pourra toucher à vie. En outre, Mme Truss percevra une allocation de retraite représentant (…)

source: Yahoo actualités

 381 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :