28 novembre 2020

Plus de la moitié des activités nautiques recensées en 2018 ont trait au va’a

Dans le cadre de ses missions réglementaires, la direction polynésienne des Affaires Maritimes a instruit 169 dossiers de déclaration de manifestations nautiques en 2018, soit un chiffre similaire à l’année précédente (164 en 2017).

Parmi ces évènements, quelques manifestations nautiques emblématiques ont nécessité la rédaction d’arrêté spécifiques (au nombre de 8) pour réglementer la circulation maritime : « Air France Paddle Festival », « Championnat du monde de Va’a », « Va’a Mataeina’a », « Te Aito », « Tahiti Pro Teahupoo 2018 », « Super Aito », « Grand Prix de la Pacifique des Jeux » et la course de « Hawaiki Nui ».

Le va’a reste l’activité dominante avec plus de la moitié des activités nautiques (50.3%), suivie par le surf / kitesurf / paddle (13%). Les activités multidisciplinaires prennent également de l’ampleur (10,6%) car les organisateurs regroupent plusieurs disciplines pendant leur manifestation (pirogue / paddle / kayak ; kayak / paddle ; natation / paddle,…). Quelques manifestations déclarées se font sur plusieurs jours étalés sur l’année comme par exemple le « Surf Collège Lycée » (6 jours) ou le « Championnat de Surf Taure’a » (6 jours). Au total, l’ensemble de ces manifestations nautiques représentent un volume de 214 jours, soit près des deux tiers de l’année.

Des délais de dépôts des dossiers pas toujours respectés

Cependant, malgré les efforts de communication et de pédagogie, de nombreux organisateurs ont encore du mal à respecter les délais de dépôt des dossiers nécessaires à la bonne instruction de ceux-ci, préférant privilégier la constitution d’un dossier complet quitte à être hors délai. Cette manière de travailler dans l’urgence représente des risques avérés qui peuvent être préjudiciables à l’organisateur et à la qualité de l’évènement.

Il arrive souvent que les dates et les lieux choisis sont déjà pris par d’autres manifestations. Il est donc nécessaire de rechercher des compromis et, le cas échéant, de modifier la date ou le lieu avec l’organisateur. Il est tout aussi fréquent que les navires assurant la sécurité de la manifestation ne respectent pas les critères prévus par la règlementation, ce qui implique une recherche de nouveaux navires dans l’urgence.

La DPAM profite de la présentation de ce bilan des activités nautiques pour rappeler à tous les organisateurs de manifestations nautiques, la nécessité de se conformer aux délais nécessaires à la bonne instruction du dossier, soit un mois, et qu’elle est également disponible pour conseiller et accompagner au mieux les organisateurs dans la préparation de leur évènement. Dans ce domaine comme dans d’autres, l’anticipation est la meilleure des précautions.

Source: DPAM

 48 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :