28 novembre 2021

Plusieurs tonnes de carcasses de requins saisies à bord d’un navire espagnol

Le 22 octobre dernier, la direction régionale des douanes a procédé, au cours d’un contrôle de routine dans le port de Papeete du thonier Playa Zahara battant pavillon espagnol, à l’extraction de plusieurs tonnes de carcasses de requins, transbordées le même jour dans des conteneurs réfrigérés appartenant au groupe Pacifique Aquacultures Services, en vue de leur expédition par cargo en direction d’Espagne.

Dans l’exercice de leur fonction, et constatant l’infraction à la réglementation polynésienne, les douaniers de Papeete ont transmis un courrier, au Procureur Général de la République, et sur instruction de ce dernier, ils en ont avisé les services du Pays.

Le Pays rappelle que le code de l’environnement de la Polynésie française interdit, en tout temps et en tout lieu, le transport, le colportage, l’utilisation, la détention, la mise en vente ou l’achat, l’importation ou l’exportation de toute espèce de requins.

Pour mémoire, le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, dans un courrier officiel adressé au Haut-Commissaire de la République française, demande à l’État de continuer à veiller, autant que possible, à ce que des contrôles interviennent physiquement plutôt que « sur déclaration », en particulier lorsqu’il est impossible d’identifier a priori la nature d’une partie de la cargaison présentée comme « autres espèces » sur la fiche FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) d’identification des espèces pour les besoins de la pêche.

Le Pays affirme sa volonté de protéger son patrimoine océanien et dispose d’un arsenal juridique pour intenter des actions en justice contre les armateurs, thoniers, ne respectant pas le code de l’Environnement, dans la zone économique exclusive (ZEE) de Polynésie française.

Adopté en 2006, le code de l’environnement de la Polynésie française prévoit des sanctions pénales : une peine d’emprisonnement de deux ans, et une amende de 17 800 000 Fcfp, ou une des deux peines ; en cas de récidive, sera prononcée une peine d’emprisonnement de quatre ans, et une amende de 35 600 000 Fcfp, ou une des deux peines.

Le Gouvernement met ainsi en garde, les thoniers étrangers, des poursuites judiciaires qui pourraient en découler, en cas d’infraction, ou de récidive, faces aux règles maritimes et environnementales.

Communiqué

 430 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :