15 juillet 2020

Précisions sur le cas de Covid-19 détecté à bord de l’A330 des Armées

Le Airbus A330 MRTT (multi-rôle tanker transport) "Phénix" s'est posé à Tahiti en provenance de Washington. Cet avion, qui a obtenu en mars dernier ses certificats de navigabilité cinq mois après la première livraison du premier exemplaire à l'armée de l'air, continue ses expérimentations. Pour le cas présent, il s'agit d'un vol très longue durée, effectué par l'équipe de marque du Centre d'expertise aérienne militaire (CEAM). L'A330 devrait revenir fréquemment en Polynésie française par la suite, étant prévu de succéder aux Airbus A340 pour assurer les relèves en personnel militaire en mission de courte durée au sein des Forces armées en Polynésie française. La particularité de cet avion, au très long rayon d'action, est de pouvoir combiner le transport de troupes, de fret, les évacuations aéro-médicalisées et également d'assurer le ravitaillement en vol d'autres aéronefs. Faa'a, Tahiti, le 5 mai 2019.

Un cas de covid-19 a été détecté positif parmi les membres de l’équipage de l’avion A330 MRTT PHENIX qui s’est posé à Tahiti le 3 mai au soir, indique le haut-commissariat de la République.

Pour mémoire, cet appareil a effectué une mission de courte durée en Polynésie française du 3 mai au 5 mai au matin, afin de déposer du matériel et de permettre à douze personnels de renforcer l’équipe spécialisée dans la désinfection et d’autres unités des Forces armées en Polynésie française (FAPF).

Un des tests a révélé, pour un des membres de l’équipage, une très faible trace virale. Ce phénomène de persistance de trace virale est bien connu et peut se retrouver pendant plusieurs semaines chez des personnes ne présentant plus aucun signe clinique de la maladie covid-19 depuis au moins quatorze jours. Cette personne n’est donc pas contagieuse. Par ailleurs, pendant toute la durée de leur mission, l’ensemble de l’équipage de l’A330 MRTT est resté confiné dans l’enceinte militaire du Cercle Mixte Interarmées de Tahiti (CMIT) au TAAONE sans jamais sortir.

En raison de contraintes opérationnelles de cette mission et comme c’est le cas pour les personnels navigants des compagnies aériennes civiles, l’équipage de l’A330 n’a pas effectué de quatorzaine ni de test avant son départ de métropole. Durant tout le vol, l’ensemble de l’équipage a porté des masques et des gants, tout en veillant à appliquer la distanciation sociale avec les passagers dans l’avion.

L’avion a décollé ce matin pour la métropole via les Etats-Unis avec tout l’équipage à bord, y compris le cas dépisté.

S’agissant des renforts militaires qui restent à Tahiti, l’ensemble de ces personnels a suivi strictement la procédure du sas sanitaire mis en place par les autorités du Pays. Ainsi, après avoir effectué une stricte quatorzaine dans une enceinte militaire dédiée, les tests réalisés avant le départ étaient tous négatifs. Ces renforts sont actuellement soumis au port du masque obligatoire pendant 14 jours en cantonnement militaire sur Tahiti.

Source: Etat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *