7 décembre 2022

Reko Tika: la preuve d’un dialogue permanent Etat-Pays

Ce lundi 29 novembre 2021, le président Edouard Fritch, accompagné du sénateur Teva Rohfritsch, a reçu messieurs les préfets Patrice Latron et Michel Marquer actuellement en mission à Tahiti.

Accompagnés du Haut commissaire de la République, Dominique Sorain, ils sont venus évoquer le dispositif de dialogue permanent entre l’Etat et le Pays afin de suivre les mesures mises en place grâce à la table ronde de haut niveau des 1er et 2 juillet 2021 sur le fait nucléaire en Polynésie française, et de s’assurer de leur maintien dans la durée.

Monsieur Patrice Latron est directeur de cabinet de madame Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants.

Monsieur Michel Marquer a été nommé récemment chargé de mission auprès du Premier Ministre pour le suivi des conséquences des essais nucléaires en Polynésie.

Suite à une nouvelle crise de confiance sur le sujet du nucléaire en début d’année, le Président de la République avait accédé à la demande du président Fritch d’organiser une table ronde afin de faire toute la lumière possible sur les conséquences du Centre d’Expérimentation du Pacifique – CEP.

Le président Fritch avait conduit à cette table ronde la délégation Reko Tika, formée de vingt personnes, qui, sous la coordination de monsieur Joël Allain, avaient minutieusement préparé leurs dossiers. Cette délégation avait porté les voix de tous les Polynésiens, incluant dans son cahier de doléances l’ensemble des requêtes présentées y compris par ceux qui n’ont pas souhaité se rendre à Paris.

Ces doléances se départagent en quatre grandes thématiques : l’histoire et la mémoire, la santé, l’environnement et la reconversion socio-économique.

Le volet « histoire et mémoire » est coordonné, côté Etat, par le ministère délégué de la mémoire et des Anciens combattants. L’attente majeure est celle de la transparence. A cet égard, les travaux de cartographie et d’expertise des archives du CEP ont été intensifiés dans les principaux sites concernés et la commission interministérielle d’ouverture de ces archives s’est réunie pour une première séance le 5 octobre dernier à Paris, en présence d’une des deux représentantes du Pays en son sein, madame Yolande Vernaudon, déléguée polynésienne au suivi des conséquences des essais nucléaires.

Cette dernière, également présente à la rencontre de ce matin, est aussi désignée pour assurer une coordination opérationnelle du suivi côté Pays, en interface avec le préfet Marquer sur l’ensemble des thématiques précitées.

Le délégué à la sûreté nucléaire et à la radioprotection pour les installations et activités intéressant la Défense, monsieur François Bugaut, et madame Yolande Vernaudon, déléguée polynésienne au suivi des conséquences des essais nucléaires. participaient également à cette rencontre ce matin.

Communiqué

 592 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Article rédigé par

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :