19 octobre 2020

Relance touristique et « quatorzaine » difficilement compatibles

Le vice-président de la Polynésie française, ministre en charge du transport aérien international, Teva Rohfritsch, et la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, ont rencontré, lundi, une délégation de l’association des transporteurs aériens internationaux de Polynésie française (ATAIPF).

Cette délégation était composée de Lionel Rault (Air France-KLM), Christel Bole (Air New Zealand), Liz Bouvier (Hawaiian airlines) et Michel Monvoisin (Air Tahiti Nui).

L’occasion pour l’ATAIPF de saluer les diverses actions sanitaires, économiques et sociales prises en urgence par le gouvernement depuis le début de la crise sanitaire. L’association a poursuivi en faisant un point sur la situation du secteur aérien touché de plein fouet par la crise et dont la relance est conditionnée par les décisions des pays émetteurs et réceptifs : ouverture des frontières, organisation d’une « quatorzaine », obligation du port du masque.

Ndlr: le maintien d’une « quatorzaine », aussi louable soit-elle pour contenir l’épidémie, constitue un obstacle majeur à la relance du tourisme ici ou ailleurs dans le monde. Quel touriste étranger, en effet, acceptera de rester confiné quatorze jours et où (site dédié ?) alors même qu’il a payé pour un séjour censé être paradisiaque. Cela ne peut pas marcher!!

Le vice-président a indiqué que la volonté du gouvernement est de maintenir les efforts en termes de mesures barrières adoptées par les Polynésiens, tout en favorisant la reprise progressive de l’activité économique.

Dans ce contexte, le secteur touristique constitue une des priorités du gouvernement, et plusieurs scénarios sont aujourd’hui à l’étude pour la relance maîtrisée du tourisme, pilier de l’économie polynésienne.

 38 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :