Retombées nucléaires: les sénateurs polynésiens réclament « toute la lumière »

Ce jour, les sénateurs Teva Rohfritsch et Lana Tetuanui adressent une question écrite au gouvernement national, et notamment à sa ministre des Armées, Florence Parly, s’agissant des réelles conséquences des essais nucléaires en Polynésie française suite aux dernières révélations parues dans la presse.

Les parlementaires polynésiens appellent avec gravité l’attention de Mme la ministre des Armées sur  le niveau de radioactivité effectif auquel la population polynésienne aurait été exposée pendant les essais nucléaires en Polynésie française de 1966 à 1996, en particulier lors des quarante-trois essais aériens.

En effet, d’après la publication ce jour du média d’investigation Disclose relayées par de nombreux médias et l’annonce de la publication d’un livre intitulé « Toxique. Enquête sur les essais nucléaires français en Polynésie : les mensonges de la France dans le Pacifique »  dans le journal Le Monde du 5 mars, les données dosimétriques et scientifiques rendues officielles par l’État français auraient été sciemment sous-évaluées, tant par des relevés lacunaires, que des éléments de faits erronés.

Ces « révélations » interviennent alors même que le 18 février 2020, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a publié un rapport très attendu sur « les conséquences sanitaires des essais nucléaires » en Polynésie française.  Il est exposé qu’au terme de cette étude commandée par le ministère des Armées, les auteurs concluent que les « liens entre les retombées des essais atmosphériques et la survenue de pathologies radio-induites » seraient difficiles à établir, faute de données fiables. Les auteurs dudit rapport soulignent alors l’absolue nécessité d’« affiner les estimations de doses reçues par la population locale et par les personnels civils et militaires ». Ces conclusions ont été accueillies avec étonnement et déception de tous les observateurs, car sans aucun apport probant sur le sujet posant question.

Dès lors, dans l’intérêt premier des populations de Polynésie française, des personnels civils et militaires, mais également de l’ensemble des citoyens français auprès de qui l’Etat a une obligation morale de transparence et d’assistance, dans l’intérêt de la France et de sa position sur la scène internationale au regard de ces questions, Teva Rohfritsch et Madame Tetuanui demandent  à la ministre quelles mesures effectives le gouvernement national compte entreprendre pour répondre à la stupeur et à l’indignation des Polynésiens face à de telles « révélations ».

Les Sénateurs appellent le gouvernement national à faire toute la lumière sur la teneur de ces publications et à prendre en conséquence toutes les dispositions nécessaires à l’information juste et objective du Parlement et des citoyens français, en particulier de nos populations de Polynésie française. Les Sénateurs requièrent également que soient engagées des mesures adaptées et efficientes en réponse aux attentes des victimes des essais nucléaires dans ce contexte. Les sénateurs souhaitent connaître la position de la ministre des Armées et du gouvernement national sur ce qui constitue aujourd’hui un droit de savoir et en appellent de facto à un droit à réparation et de mémoire qu’aucune justification ou raison d’Etat ne saurait occulter en 2021.

 662 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :