S. Lecornu au fenua: une première journée consacrée à la lutte contre la covid

D’un centre de vaccination à Pirae au dispositif sanitaire d’accueil des passagers internationaux, le ministre des outre-mer a pu constater de visu les moyens mis en place pour contenir la propagation du virus dans nos îles. Compte rendu de ces deux premières visites…

Accompagné du président de la Polynésie française et maire de Pirae, Édouard Fritch, et du haut-commissaire Dominique Sorain, Sébastien Lecornu a tout d’abord pu échanger avec les équipes impliquées dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Depuis le début de la campagne de vaccination menée par les services du Pays, de nombreux personnels de santé sont mobilisés dans les différents centres de vaccination pour accueillir, accompagner et traiter les volontaires à la vaccination.

Le ministre a rappelé que la vaccination restait le seul moyen pour permettre de relancer l’activité économique de la Polynésie française, notamment avec la reprise du tourisme. Si le démarrage de la campagne de vaccination est satisfaisant, il faut désormais poursuivre les efforts pour permettre à la population cible d’être entièrement vaccinée à la fin du mois d’août 2021. A cette date, 28 943 personnes sont vaccinées, soit 12% de la population et 46 990 personnes ont reçu une première dose, soit 20% de la population. Pour cela, la qualité de la coordination des actions mises en œuvre par les équipes municipales et celles des services de l’Etat et du Pays est primordiale.

Le ministre a de nouveau apporté son soutien en précisant que la solidarité nationale continuerait de s’appliquer en Polynésie française avec les livraisons régulières de vaccins acheminées chaque semaine par l’Etat. Ainsi, l’arrivée des 22 600 doses mensuelles de vaccin mono-dose Janssen constitue une réelle opportunité puisqu’elle permet de déployer la vaccination sur l’ensemble du territoire.

Par ailleurs, depuis le 03 mars dernier, les déplacements en transports aériens sont limités aux motifs impérieux d’ordre professionnel, familial ou de santé. Ainsi, les voyageurs en provenance et à destination de la Polynésie française sont soumis à un protocole de contrôle préalable qui permet de maintenir la sécurité sanitaire du territoire.

Ce dispositif est conjoint aux services du Pays et de l’Etat, respectivement chargés d’émettre un avis sanitaire quant aux conditions de quarantaine et d’étudier les demandes de motifs impérieux.

Dans ce contexte, les agents du Haut-commissariat, de la Direction de la Santé et de l’ARASS ont présenté au ministre leur travail mené au quotidien. Ces agents sont fortement mobilisés et adaptent en permanence leurs méthodes de travail partagées. Ce qui a permis de traiter 54 vols sur les trois derniers mois et plus de 5 500 passagers.

Le ministre s’est félicité de l’efficacité de ce dispositif innovant, progressif et adaptable déterminé en lien avec le gouvernement national et les acteurs du territoire. En effet, l’organisation permet de traiter l’ensemble des demandes dans les délais impartis.

Le ministre a tenu à souligner l’importance du rôle d’accompagnement mené par ces agents auprès des voyageurs et de l’efficacité dans la gestion des dossiers permettant de continuer à protéger la population.

Ainsi, ce dispositif renforcé permet de rouvrir progressivement les frontières dans les meilleures conditions.

Source: Haut-commissariat

 483 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :