28 octobre 2020

Seulement 46% des Polynésiens ont choisi leur médecin traitant

La loi du Pays du 16 avril 2018 a mis en place l’obligation de désigner un médecin traitant. 

En application de cette loi du Pays, l’ensemble des actes, prescriptions et prestations dispensés dans le cadre du parcours de soins coordonnés lorsqu’ils sont prescrits par le médecin traitant, est pris en charge par les différents régimes de protection sociale polynésiens. A contrario, les actes, prescriptions et prestations dispensés ou prescrits par un médecin autre que le médecin traitant, ou en dehors du parcours de soins coordonnés ou en supplément du panier de soins doivent être soumis à majoration du ticket modérateur.

L’arrêté du Conseil des ministres du 16 mai 2019 fixait la majoration du ticket modérateur à vingt points et la date d’application de la mesure au 1er janvier 2020, afin de permettre à l’ensemble des assurés polynésiens de s’accoutumer progressivement à cette nouvelle obligation déclarative.

Le retard pris par les Polynésiens pour désigner leur médecin traitant et l’effet « confinement » imposé par la situation de crise sanitaire engendrant la désertion des cabinets libéraux depuis le 20 mars dernier amène à constater qu’à ce jour, seul 46 % de la population a fait la déclaration de son médecin traitant auprès de la CPS.

Aussi, et afin de ne pas pénaliser une grande partie de la population, le conseil des ministres a décidé de reporter l’entrée en vigueur de l’arrêté fixant le taux de majoration du ticket modérateur au 1er janvier 2021.

extrait CM

 

 60 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :