23 septembre 2020

Surf olympique à Teahupoo en 2024: preuve « que le sport ne souffre pas des frontières »

Le président Edouard Fritch a convié mardi matin, tous ceux et celles qui ont contribué à la constitution du dossier de candidature de Tahiti pour l’épreuve de surf des Jeux Olympiques de 2024 pour une cérémonie de remerciements.

C’est officiel, le site de Teahupoo sera le site choisi pour les épreuves  de surf aux Jeux Olympiques de 2024. Sur proposition du Comité Organisateur des JO Paris 2024, le Comité international olympique (CIO) a en effet validé la candidature de Teahupoo, il y a quelques heures, depuis son siège de Lausanne.

« Qui aurait pu imaginer que notre petite île isolée au milieu du grand océan Pacifique pourrait, un jour, être au cœur des Jeux Olympiques ? On peut rêver de beaucoup de choses, mais celle-là, c’est comme dire que cela n’arriverait que lorsque les poules auront des dents. C’est une perspective qui était inimaginable », a déclaré le président dans son discours. 

« Pour toutes ces raisons qui dépassaient notre imagination, c’est donc avec une joie immense que la Polynésie française accueille cette nouvelle. C’est une très grande fierté pour toute la Polynésie, une très grande fierté pour la communauté polynésienne du surf et en particulier pour nos surfers polynésiens », a également ajouté Edouard Fritch.

  La ministre de l’Education, de la jeunesse et des sports, Christelle Lehartel, s’est rendue dès mardi après-midi, sur le lagon de Teahupoo pour y poser le drapeau des Jeux Olympiques Paris 2024.  Ce qui a démarqué Tahiti des autres sites concurrents de métropole, c’est notamment la régularité de la vague de Teahupoo. Avec cette vague, c’est la garantie de la bonne tenue des compétitions sportives durant les JO.

Les JO de 2024 seront une belle opportunité pour renforcer la promotion d’un développement durable. Les aménagements (hébergements d’accueil des sportifs, les espaces et équipements pour les spectateurs, pour le staff technique, pour les athlètes) seront utiles après les Jeux. 

Cette épreuve de surf va également faire en sorte de respecter l’environnement : la préservation va passer par le respect de l’écosystème du site, au travers notamment de la préservation du récif corallien, du lagon, de la rivière de la biodiversité terrestre et marine. 

Les Jeux Olympiques sont, à l’instar de ce qui a été entrepris pour les deux championnats du monde de Va’a en 2017 et 2018, une nouvelle occasion de mobiliser et d’impliquer encore plus de jeunes à la pratique du surf. 

« Pour être durable, les compétitions et l’organisation des Jeux Olympiques de 2024 s’adapteront au site de Teahupoo et non l’inverse. Le naturel du site de Teahupoo sera préservé au maximum », a indiqué le président.

Un  comité local travaillera également en étroite collaboration avec les organisateurs du Comité des JO Paris 2024 qui aura à préciser le cahier des charges des prestations, des services et de l’organisation attendus pour le bon déroulement de l’épreuve de surf en 2024. 

 « En résumé de mes remerciements, c’est la convergence de l’ensemble de ces acteurs qui a permis ce choix favorable à Tahiti. Un tel choix est inédit et innovant. C’est un geste important du CIO en faveur de l’universalité des jeux olympiques et une belle démonstration que le sport ne souffre pas des frontières », a conclu le président.

Source: Gouvernement

 38 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :