Un appel à voter Macron qui n’est pas désintéressé…

Alors que Nicolas Sarkozy a annoncé ce mardi matin qu’il allait voter pour Emmanuel Macron au second tour, ce geste n’est pas gratuit et pourrait déboucher sur un accord entre Les Républicains et La République en marche.

Lors d’un déjeuner avec les conseillers départementaux LR et UDI des Hauts-de-Seine, l’ancien président s’est confié sur une éventuelle alliance avec son successeur.

« Soit vous regardez les trains passer durant cinq ans, soit vous avez des parlementaires et quelques ministres! C’est notre survie politique qui est en jeu », a-t-il lancé, selon l’un des participants à BFMTV.

Après le piteux score de Valérie Pécresse au premier tour (4,7%), l’heure est à sauver les meubles à droite, notamment en tentant de garder un groupe de députés solides à l’Assemblée nationale.

« Les 100 députés sortants LR pourraient être candidats sans concurrence LaREM », a affirmé l’ancien locataire de l’Élysée.

« En capacité de défendre cette position avec Emmanuel Macron »

En guise de contrepartie, le parti de droite ne présenterait pas non plus de candidat face aux députés sortants de la majorité présidentielle.

« Je suis en capacité de défendre cette position avec Emmanuel Macron », a encore assuré l’ex chef de l’État.

L’accord avec Emmanuel Macron laissait cependant dubitatif dans le camp de l’ex candidate Valérie Pécresse la semaine dernière.

« Il y aura bien quelques ralliements, notamment de quelques personnes estampillées très sarkozystes. Mais ce sera très loin d’être une majorité », assurait Dominique Estrosi-Sassone, sénatrice et porte-parole de la campagne jeudi dernier à BFMTV.com.

Sans compter que Nicolas Sarkozy n’a plus aucune fonction au sein des LR et qu’il faudrait l’accord de Christian Jacob, le patron du parti, pour parvenir à un tel accord. « Emmanuel Macron a échoué sur son quinquennat et a généré des votes de désespérance. Le moyen de corriger cela passera par les élections législatives, car c’est au parlement que les textes sont votés », expliquait-t-il ce mardi matin, avant l’annonce de Nicolas Sarkozy sur LCI, très loin de la tonalité de l’ex-président.

L’accord entre LR et LaREM, même sous le haut patronage de Nicolas Sarkozy, semble encore lointain.

Article original publié sur BFMTV.com

source: Yahoo actualités

 409 visiteurs total,  6 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :