28 janvier 2022

Un réveillon sous hautes restrictions

Sydney, l'une des premières villes du monde à accueillir le Nouvel An avec un compte à rebours et un feu d'artifice tiré au-dessus de son célèbre opéra, a interdit les grands rassemblements le 31 décembre face à l'épidémie de coronavirus. /Photo d'archives/REUTERS/David Gray

Dans un communiqué, le haut-commissaire de la République en Polynésie française dévoile les mesures mises en place pour le réveillon de fin d’année.

 Les chiffres présentés le 29 décembre 2021 par le ministère de la santé du Pays indiquent une progression significative du taux d’incidence liée à l’apparition de nouvelles contaminations dans le contexte de la diffusion du variant OMICRON dans le monde.

Alors que de nombreux Polynésiens ne sont pas encore vaccinés ou n’ont pas encore fait leur dose de rappel, le territoire demeure exposé à une nouvelle vague virale.

Une fois de plus, il existe un risque de connaître une saturation des établissements hospitaliers dans les prochaines semaines si le virus se propage très rapidement dans la population.

Dans ces circonstances, le haut-commissaire Dominique Sorain, après avoir consulté le président du Pays Edouard Fritch, a décidé d’adopter une série de mesures destinées à freiner davantage les contaminations.

La période de fin d’année est propice à la formation de clusters lors des rassemblements festifs et des mesures particulières ont donc été prises par le Haut-commissariat pour réglementer le déroulement de la nuit du nouvel an.

Ainsi, par arrêté HC / 8154 / CAB du 30 décembre 2021, il a été décidé des mesures suivantes.

Du 31 décembre midi au 1er janvier midi, les rassemblements festifs et la consommation d’alcool seront interdits sur la voie publique.

Cette disposition implique que les organisateurs de soirées festives prévues sur la voie publique doivent y renoncer, même lorsque les municipalités ont consenti une occupation provisoire du domaine public.

Le Pass sanitaire sera rendu obligatoire pour toutes les soirées dansantes organisées pour le réveillon par les restaurants, établissements hôteliers et bars qui n’y sont pas soumis en temps ordinaire.

Cette mesure exceptionnelle ne s’appliquera que pour la nuit du 31 décembre au 1er janvier.

Les conditions de mise en œuvre du Pass sanitaire sont simples et sont exposées sur le site du haut-commissariat. Les lieux soumis au Pass sanitaire devront disposer d’un affichage clair à l’entrée de l’établissement. La présentation de justificatifs « papier » (certificat de test négatif ou carnet de vaccination) à la place du QR code sera tolérée durant la soirée.

Le port du masque sera requis.

Les établissements qui seront ouverts en pratiquant le « protocole de restauration » habituel (8 personnes par table, activité de danse interdite, espacement entre les clients) ne seront donc pas soumis au Pass sanitaire.

Des contrôles de police et de gendarmerie aléatoires seront effectués sur l’ensemble des communes et pourront donner lieu à des mesures de fermeture administrative des établissements concernés en cas de manquement grave à la réglementation.

À compter du 31 décembre, le port du masque redeviendra obligatoire en extérieur dans les lieux à forte concentration de personnes et lors des rassemblements organisés sur la voie publique. Par ailleurs, face à la menace du nouveau variant, le haut-commissaire appelle également la population à faire preuve de sens des responsabilités et de prudence.

Il recommande donc vivement le respect des gestes « barrière » qui demeure essentiel ; la limitation du nombre de personnes qui se réunissent dans la sphère privée (parce que le statut sanitaire n’y est pas contrôlé) ; de pratiquer un test individuel avant la soirée de réveillon pour s’assurer que l’on ne risque pas d’être contaminant pour son entourage et de profiter de la période de vacances pour réaliser sa 3ᵉ dose de vaccin et, bien entendu, de se faire vacciner pour les retardataires.

Ndlr: c’est quoi les « lieux à forte concentration de personnes » ? Cette notion ouvre le champ à des interprétations et à des excès de zèle, source de conflits. Il aurait mieux valu fixer un nombre de personnes (10, 30, 50…?), seuil au delà duquel le port du masque est obligatoire

 

 397 visiteurs total,  3 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :