4 juillet 2022

Une convention pour identifier, maîtriser et circonscrire les dangers climatiques

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch a signé avec Bérangère Abba, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée de la biodiversité, une convention cadre en matière d’environnement et de développement durable.

« C’est un nouveau pas en faveur de la résilience de notre Pays » a affirmé le président Edouard Fritch. Cette convention cadre permettra de travailler sur des thématiques importantes telles que la préservation de l’environnement, la lutte contre le changement climatique ou le développement durable de l’économie polynésienne.

La convention cadre aborde ainsi des sujets concernant les relations avec les communes et notamment le renforcement de leur capacité à mettre en œuvre leurs compétences environnementales. En adéquation avec cela, l’Assemblée de la Polynésie française vient de voter la politique de l’eau qui encadre une problématique majeure pour les quatre vin îles habitées et dispersées, tenant compte des spécificités de chacune d’elles (île haute, île basse, du nord ou du sud).

Elle permettra également le développement économique et notamment la question du risque industriel dans les îles polynésienne. Les écosystèmes extrêmement fragiles nécessitent en effet une attention toute particulière car une pollution lagonaire aura un impact immédiat et à très long terme sur les populations.

Cette convention cadre aidera aussi la Polynésie française à identifier, maîtriser et circonscrire les dangers climatiques et ainsi construire des partenariats solides et durables pour aider la Pays à relever les défis de son développement durable. La mise en œuvre de ces partenariats facilitera la lutte contre les effets du changement climatique. Et ce, avec un engagement fort de la Polynésie française dans une transition énergétique nécessaire et inéluctable.

La signature de cette convention-cadre marque le début d’un partenariat rénové avec l’Etat. « Dans cet esprit, jai lambition que la Polynésie française devienne un territoire dinnovation et de solutions pour des milieux insulaires, de solutions pragmatiques aux questions de notre temps, qui pourront ensuite être reproduites ailleurs sur dautres territoires. » a conclu le président.

Communiqué

 

 2,083 visiteurs total,  14 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :