Air France en quête d’économies sur son réseau intérieur

L’objectif du plan « Vesta » serait de réduire les pertes du réseau intérieur de la compagnie française – 200 millions d’euros en 2019, selon Les Echos – et de réduire de 50% les émissions de CO2 des vols domestiques d’ici 2024.

Pour ce faire, le groupe devrait fermer certaines lignes opérées par sa filiale Hop! et transférer certains créneaux de vol vers Transavia, la branche low-cost du groupe. Les lignes concernées seraient celles qui desservent l’aéroport d’Orly ainsi que certaines lignes entre villes de province mais personne ne peut dire aujourd’hui quelles lignes disparaîtront purement et simplement. Les lignes Air France d’Orly vers la Corse et l’Outre-Mer devraient être préservées, tout comme celles vers Nice, Marseille et Toulouse.

A terme, Hop! devrait se concentrer sur la desserte du hub de Roissy-Charles de Gaulle et de Lyon Saint-Exupéry, avec des réductions d’effectifs à la clé.

Les créneaux libérés par Hop! à Orly devraient bénéficier à Transavia, toujours selon Les Echos, pour développer des lignes internationales et touristique. La low-cost pourrait au passage récupérer certaines liaisons comme Orly – Biarritz ou Orly – Montpellier. Les lignes Nantes – Marseille et Nantes – Lyon pourraient également être reprises. Mais, comme l’explique Les Echos, un tel changement doit d’abord obtenir l’accord des syndicats, car Transavia n’a pour l’instant pas le droit d’opérer des vols intérieurs.

Contacté par Business Insider France, Air France ne communique pas sur le statut individuel de ses lignes mais indique qu’elle « présentera fin juin/début juillet une feuille de route pour son réseau domestique, tenant compte des enjeux environnementaux, mais aussi de la nécessité de redresser cette activité sur le plan économique ».

Source de la photo : Gyrostat/Wikimedia Commons/CC

(…) Cliquez ici pour voir la suite

Source: Yahoo actualités

 1 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :