14 juillet 2024

Cinq questions d’actualité posées au gouvernement jeudi matin

0

En introduction de la 6ème séance de la session administrative programmée jeudi 20 juin à l’assemblée de la Polynésie française, cinq questions orales, en relation avec l’actualité, seront posées au gouvernement Brotherson.

En tenant compte de la répartition des groupes dans l’hémicycle, deux questions viendront du groupe Tavini huiraatira (majorité), deux autres du groupe Tapura huiraatira et une posée par les non-inscrits de A Here Ia Porinetia.

Dans le camp indépendantiste, la première interrogation portera sur l’état actuel des zones humides, l’auteur de la question, Teremuura Kohumoetini-Rurua souhaitant une meilleure protection, une gestion durable et restauration éventuelle. La même représentante s’adressera ensuite à la ministre des la Fonction publique, Vannina Crolas, pour lui demander « combien parmi les 66 fonctionnaires détachés (ndlr: officiellement recensés le 13 juillet 2023) sont originaires du fenua »  et surtout, quelles initiatives compte elle prendre pour, d’une part, « maintenir définitivement ceux déjà en poste, et d’autre part, encourager le retour des fonctionnaires originaires de la Polynésie qui exercent en dehors de notre territoire ».

Fonctionnaires d’Etat dans les cabinets ministériels

Pour les autonomistes, Yseult Ferry-Butcher et Tepuaraurii Teriitahi interrogeront respectivement le ministre de l’Agriculture et le président du Pays. La première, s’agissant de la politique de développement des ressources propres considérée, pour l’heure, comme un échec. Le meilleur exemple étant la cessation des activités de la société Mitirapa Blue Pearl Shrimp, productrice de crevettes locales à la presqu’île…La seconde mettra l’accent sur le « recrutement de fonctionnaires d’Etat dans les cabinets ministériels », rappelant au passage le vote par l’assemblée, le 26 octobre 2013, d’une délibération relative au régime applicable aux fonctionnaires détachés au sein de la fonction publique territoriale. Un texte qui précisait alors que « les dispositions de durée n’étaient pas applicables aux recrutements dans les cabinets ministériels », souligne l’élue du Tapura. Aussi, quid de la volonté affichée par le Tavini de privilégier l’emploi local et de favoriser l’océanisation des cadres…?

Système électoral à revoir

Enfin, par la voix de Nuihau Laurey, AHIP interrogera le président Brotherson pour savoir s’il soutiendra « une prochaine réforme de notre système électoral allant dans le sens d’une plus grande expression démocratique », avant de confirmer qu’une résolution sera bientôt déposée en ce sens sur le bureau de l’assemblée. A ses yeux, en effet, le système actuel est « l’un des plus démocratiques au monde » qui, de fait, « exclut du champ de l’expression publique une partie grandissante de nos concitoyens ».

Loading

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :