26 novembre 2020

Covid: le point sur le front de l’emploi…

Limiter la casse sociale et notamment la destruction d’emplois, c’est ce à quoi s’emploie le gouvernement polynésien depuis le début de la crise sanitaire.

Lors des échanges autour du DOB (document d’orientation budgétaire), jeudi matin à l’assemblée, la ministre du Travail, Nicole Bouteau, a donné quelques chiffres.

Au titre du FELP (Fonds de lutte contre la pauvreté), les crédits consommés en 2020 devraient se situer autour de 12 milliards de Fcfp dont près de la moitié de cette enveloppe budgétaire est dédiée aux mesures de soutien exceptionnelles anti-covid.

Depuis le mois de mars, ce sont près de 10 000 salariés qui font l’objet d’une mesure de soutien financière par le Pays dans le cadre d’une réduction du temps de travail. Un dispositif exceptionnel que le gouvernement vient de prolonger -a minima- jusqu’au premier trimestre 2021. Il serait question également de réactiver le Revenu exceptionnel de solidarité (RSE) pour d’autres secteurs non éligibles jusqu’ici comme les boites de nuit, les salles de sports etc…

Parallèlement, le gouvernement planche sur une réforme des différentes aides à l’emploi, qu’il s’agisse du DIESE et DESETI créés dans le cadre de l’épidémie, mais également des mesures de droits commun comme le CAE. A ce propos, la ministre a reconnu qu’il existait « un trou dans la raquette » s’agissant des jeunes bacheliers en quête d’une insertion dans le monde du travail…

Enfin, Nicole Bouteau a annoncé que depuis le mois de mars, seulement 261 licenciements secs ont été enregistrés. A ne pas confondre avec les 3000 autres emplois détruits correspondants à des CDD non-reconduits.

 634 visiteurs total,  2 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :