E. Fritch: « Les larmes de douleur du peuple ukrainien nous transpercent le cœur »

Le président Édouard Fritch, en présence de l’ensemble de son gouvernement, a accueilli jeudi soir les confessions religieuses de la Polynésie française, afin de prier pour les peuples d’Ukraine et de la Russie. Plusieurs membres de la communauté ukrainienne vivant en Polynésie et russophone étaient présents pour ce moment de recueillement et d’émotion.

Dans ce cadre, les cinq principales confessions religieuses se sont rassemblées dans la communion sous le grand chapiteau de la présidence, pour alterner prières et chants, mais également des messages de soutien et de réconfort pour le peuple Ukrainien dans la souffrance.

Voici l’allocution prononcée à cette occasion par le chef de l’exécutif local.

Mes chers amis,

La douleur d’un peuple, même situé à 20 000 Km de nos îles, nous touche. Nous sommes Polynésiens, peuple du Pacifique, qui avons un ardent désir de Paix. Les larmes de douleur du peuple ukrainien nous transpercent le cœur.

Voir les violences d’une guerre, voir des femmes, des enfants, des personnes âgées criés leurs souffrances à cause d’une guerre qui les dépasse, sont une injustice.

Nous pensions que la barbarie était une pratique d’un passé à jamais révolu. En fait, elle est encore présente, comme le démon qui guette et qui essaie de se nicher dans le cœur des Hommes.

Nous devons aider les peuples d’Ukraine et de Russie et leurs dirigeants à chasser le mal.

Nous allons nous unir dans la prière, unir nos forces spirituelles pour demander au Sauveur de libérer le monde du mal.

Ce soir, unissons nos cœurs, unissons nos prières et nos grâces pour accompagner l’œuvre d’amour du Sauveur pour toute notre humanité.

Témoin du Christ vivant, Jean disait : « Et cet amour consiste, non pas dans le fait que nous, nous avons aimé Dieu, mais dans le fait que lui nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. Il est lui-même la victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier ». 

Nous chrétiens, nous savons que le Seigneur est bon. Qu’il a nous fait à son image, et qu’il ne nous abandonnera jamais.

Mais, nous devons aussi faire repentance devant le Sauveur.    

Dans Éphésiens 4:32, il est dit : « Soyez bons et pleins de compassion les uns envers les autres ; pardonnez-vous réciproquement comme Dieu nous a pardonné en Christ ».

Puis, dans Colossiens 3:13, il est dit : « Supportez-vous les uns les autres et, si l’un de vous a une raison de se plaindre d’un autre, pardonnez-vous réciproquement. Tout comme Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi ».

Nous savons que la Paix est inséparable du pardon.

Ce soir, mes chers amis, nous avons envie de parler, certes de Paix, mais aussi de conversion, de pardon, de vie, de compassion et de bonté.

Aussi, ce soir, nos prières monteront vers notre Sauveur afin qu’il intercède auprès de nos frères d’Ukraine et de Russie. « Eternel, tu nous donnes la paix ; Car tout ce que nous faisons, c’est toi qui l’accomplis pour nous » Isaïe 26:12.

Pour terminer, je voudrai reprendre à notre compte l’ouverture du discours du Pape François lors de la célébration de la Journée mondiale de la Paix le 1er janvier 2022 avec ce profond désir de faire nôtre les paroles de ce même prophète Isaïe qui exprime la consolation et le soupir de soulagement du peuple exilé, celui d’Israël épuisé par la violence et les sévices, exposé à l’indignité et à la mort :

« Comme ils sont beaux, sur les montagnes, les pas du messager qui annonce la paix » Isaïe 52:7

 787 visiteurs total,  3 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :