Faire prendre conscience des dangers de la route aux jeunes de 17 à 25 ans

Pour enrayer le fléau de l’insécurité routière en Polynésie française, le commandement de la gendarmerie en Polynésie française a organisé ce samedi une journée de sensibilisation intitulée « Halte à la prise de risque sur nos routes » à l’Université de la Polynésie française (UPF).

Au total, cent vingt jeunes ont répondu présents à cette journée de sensibilisation aux dangers de la route. Ce dispositif cible les jeunes âgés entre 17 et 25 ans et vise à leur faire prendre conscience des dangers de la route.

Ces formations sont soutenues par le Haut-Commissariat, le Pays, certaines communes, ainsi que par les nombreux partenaires privés (l’association des auto-écoles, le Comité des Sociétés d’Assurances (COSODA), les concessionnaires, le BTP, banque, restaurateur, etc.).

Le capitaine Daniel Christmann, officier adjoint sécurité routière au COMGEND précise l’objectif de ces journées : donner aux jeunes les informations sur les conséquences matérielles, corporelles et sociales que peuvent entraîner des déviances sur la route, afin d’adopter une conduite responsable.

L’information ainsi délivrée permet de comprendre la notion de risque et de lui attribuer une place réelle dans les choix de comportement. L’accent est également mis sur la lutte contre les idées reçues : les effets de l’alcool sur les capacités physiques, sur la santé…

Les solutions pour prendre le volant en toute sécurité ont été à nouveau rappelées : désigner un conducteur lors de soirées festives, qui sera en capacité de ramener les autres, utiliser un éthylotest avant de prendre le volant en cas de doute, ou bien dormir sur place et repartir l’esprit tranquille le lendemain matin,

Mise en place sur le territoire en 2005, l’opération « Halte à la prise de risque » a formé 688 jeunes à la sécurité et à la prévention routière en 2021 et devrait en former 700 en 2022 durant laquelle cinq journées de formation sont prévues, avec des ateliers sur le comportement des conducteurs, les équipements de sécurité, les assurances et les statistiques des accidents de la route.

Le Haut-commissaire de la République, Dominique Sorain, rappelle que 65 % des accidents mortels en 2021 sont liés à la consommation d’alcool et/ou de stupéfiants. Cette année encore, ce phénomène reste un fléau pour la société, en plus de la vitesse, de l’utilisation des téléphones et du non-port du casque.

La mobilisation des services de l’État et du Pays pour la prévention routière permet d’aider les jeunes Polynésiens à adopter une conduite responsable et ainsi éviter des drames qui plongent des familles entières dans un profond désarroi.

source: Etat

 407 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :