25 juillet 2024

Inspection des B 737 MAX 9: découverte de « boulons mal serrés »

0

Après la perte d’une porte en plein vol par Boeing 737 MAX 9 la semaine dernière, les compagnies aériennes américaines United Airlines et Alaska Airlines ont annoncé avoir découvert des éléments mal fixés lors de vérifications.

Après que l’agence américaine de l’aviation civile (FAA) a demandé des inspections sur 171 Boeing 737 MAX 9, cloués au sol dans l’attente de ce passage en revue, United, qui exploite la principale flotte de 737 MAX 9 au monde avec soixante-dix neuf appareils, a ainsi découvert des « boulons qui nécessitaient d’être resserrés » lors de vérifications sur les portes condamnées de ses 737 MAX 9, les mêmes que celle arrachée vendredi lors d’un vol Alaska Airlines aux États-Unis.

« Depuis que nous avons entamé les inspections, samedi, nous avons fait des découvertes qui semblent liées à des problèmes d’installation du panneau obstruant les portes », a expliqué United dans une déclaration transmise à l’AFP. Alaska Airlines a également annoncé avoir détecté des « équipements mal fixés » sur certains de ses appareils de ce type après des inspections préliminaires.

L’agence américaine de la sécurité des transports (National Transportation Safety Board, NTSB) a annoncé lundi soir n’avoir pas trouvé de boulons parmi les éléments qui se sont détachés vendredi de l’avion d’Alaska mais n’avoir pas encore déterminé s’ils existaient.

Des centaines de vols annulés

La porte gauche de l’appareil d’Alaska, qui était condamnée, s’était détachée de la carlingue en plein vol, provoquant la dépressurisation de l’appareil. Elle a été retrouvée dimanche dans le jardin d’un enseignant à Portland (Oregon), ville du nord-ouest des États-Unis d’où l’avion avait décollé vers Ontario (Californie). De nouvelles recherches permettront de « déterminer si les boulons étaient là », a déclaré à la presse la présidente de la NTSB, Jennifer Homendy.

Elle n’a pas commenté les annonces d’United et d’Alaska, soulignant que l’enquête se focalisait sur l’incident de vendredi. Une recommandation de sécurité pourra être émise si nécessaire, a-t-elle dit. Des centaines de vols ont dû être annulés après l’immobilisation d’une partie de la flotte de Boeing MAX.

« Pendant que les opérateurs mènent les inspections requises, nous restons en contact étroit avec eux et les aidons à traiter chaque découverte », a indiqué Boeing lundi soir. « Nous sommes engagés à assurer que chaque avion Boeing réponde aux spécifications et aux critères de sécurité et de qualité les plus élevés. »

La condamnation de certaines portes est proposée par Boeing à ses clients quand le nombre d’issues de secours existantes est déjà suffisant au regard du nombre de sièges dans l’appareil. Outre le 737 MAX 9, ce dispositif existe déjà sur d’autres modèles de Boeing, notamment le 737-900ER, lancé en 2006 et qui n’a connu depuis aucun incident similaire.

source: Yahoo actualités

Loading

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :