La baffe de J-C Lagarde à Macron

« Il a rallumé la haine sociale dans notre pays qui créera un rejet de sa personne, quand bien même les gens n’ont pas franchement envie de Marine Le Pen. »
Sur le plateau de l’émission Dimanche en politique sur France 3, Jean-Christophe Lagarde n’a pas eu de mots assez durs pour dresser le bilan d’Emmanuel Macron. Le fraîchement réélu président de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) a estimé que le président de la République n’avait rien d’un centriste : « Le bonapartisme n’est pas un centrisme. » Pour lui, la patronne du Rassemblement national l’emportera face à Emmanuel Macron.

Qu’importe si nombre d’élus UDI soutiennent et investissent les listes étiquetées « majorité présidentielle » aux élections régionales, le député de Seine-Saint-Denis n’estime guère le chef de l’État et son action. Déjà en septembre 2020, dans une interview au Figaro, Jean-Christophe Lagarde avait refusé la main tendue : « Je refuse d’être le vassal d’Emmanuel Macron. »

À moins d’un an de l’élection présidentielle, le soutien du centriste à LREM est loin d’être acquis. D’autant qu’il est loin de rejeter l’hypothèse d’une candidature à l’élection présidentielle de 2022.

« Pas un parti de godillots »

Samedi 29 mai, lors du congrès de son parti où il a été largement réélu président avec 96,4 % des voix, Jean-Christophe Lagarde a jugé que l’UDI avait « vocation à porter d’autres projets en 2022 », comme ils l’ont fait lors des européennes de 2019. Selon lui, « la présidenti […] Lire la suite
source: Yahoo actualités

 470 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :