4 décembre 2021

La desserte des trente-deux aérodromes de désenclavement balisée pour les cinq prochaines années

Le directeur général de la compagnie aérienne Air Tahiti, Manate Vivish, et le ministre du Logement, de l’Aménagement, en charge des transports interinsulaires, Jean-Christophe Bouissou, ont signé, jeudi, le contrat de délégation de service public (DSP) du transport aérien régulier interinsulaire de la Polynésie française pour une durée de cinq ans.

Ils étaient accompagnés, pour cette signature, de James Estall, président du conseil d’administration d’Air Tahiti, de Georges Puchon, directeur de l’aviation civile, et d’Hina Tuheiava, directrice de cabinet du ministre.

Cette signature du contrat de DSP est l’aboutissement d’une longue démarche issue du schéma directeur des transports interinsulaires, de la loi de Pays adoptée en février 2016 et de la délibération d’application adoptée en juillet 2020.

Faisant suite à l’avis d’appel public à candidature du 2 mars 2021 de la DSP du Transport aérien interinsulaire de la Polynésie française, la société Air Tahiti a remporté le lot unique de cette DSP portant sur la desserte de trente-deux aérodromes de désenclavement comprenant principalement les aérodromes des archipels des Tuamotu-Gambier (hors Rangiroa, Tikehau et Fakarava en zone libre) et les aérodromes de Raivavae et Rimatara aux Australes.

La compagnie desservira les aérodromes suivant des fréquences qui sont déterminées. Grâce à cette DSP, Le transporteur aérien proposera des tarifs 15% inférieur aux tarifs standard qui sont actuellement affichés. Les tarifs réduits « bleu » et « blanc » du transporteur polynésiens seront abaissés également de 5%.

Le transport aérien interinsulaire régulier de passager a toujours été assuré par la compagnie aérienne historique Air Tahiti. Cette compagnie desservira ce réseau au moyen de 7 ATR 72-600 de 70 sièges offerts, de 2 ATR 42-600 de 48 sièges offerts et de 3 Beechcraft 200 de 8 sièges offerts.

Au total, 341 personnes seront affectées à la desserte de ces trente-deux aérodromes de désenclavement: 264 dans les escales (75 EPT, équivalent temps plein) ; 29 aux opérations aériennes (personnel navigant) ; 17 à la maintenance des aéronefs ; 31 dans les services support (commercial et marketing, administration et finances, ressources humaines, etc).

L’activité de transport aérien interinsulaire en Polynésie française constitue une activité de service public. Ce secteur est un outil fondamental de développement économique indispensable au soutien des politiques de désenclavement et de revitalisation des archipels ainsi qu’à la politique de développement touristique.

source: Gouvernement

 

 797 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :