La fin du port du masque obligatoire en extérieur

Compte tenu de l’évolution favorable de l’épidémie dans nos îles, le haut-commissaire, Dominique Sorain, annonce un certain nombre d’allègements au niveau des mesures sanitaires et notamment la levée du port du masque en extérieur.

Au cours des quinze derniers jours de février, les autorités locales ont constaté un net ralentissement de la propagation de l’épidémie de Covid-19 en Polynésie-française et l’absence de menace identifiée liée à l’émergence d’un nouveau du virus au plan mondial.

Ainsi, le nombre de cas actifs recensés a été divisé par deux entre le 16 février (6 307 cas) et le 28 février (3 175 cas).

Le taux d’incidence, qui permet de mesurer la diffusion du virus sur le territoire, est également descendu à 1 150/100 000 habitants le 28 février alors qu’il s’établissait à 2 285 / 100 000 le 16 février.

La situation à l’hôpital est restée globalement stable avec un nombre de patients admis en soins pour des formes graves du COVID qui n’a pas dépassé les capacités de prise en charge du CHPF au cours des dernières semaines grâce à l’engagement constant des soignants et aux mesures d’organisation des services.

Cette évolution encourageante de l’épidémie, associée à un taux de couverture vaccinale désormais élevé et à une séro-prévalence significative dans la population, permet désormais d’amorcer l’allègement progressif des mesures de protection sanitaire sur l’ensemble des archipels.

Dans ce contexte, après concertation avec le président du Pays, le haut-commissaire a décidé que les mesures suivantes s’appliqueront sur l’ensemble du territoire à compter d’aujourd’hui, mercredi 3 mars 2022.

Tout d’abord, l’obligation de port du masque en extérieur est levée. En revanche, il sera toujours exigé pour les personnes de 11 ans et plus dans les établissements recevant du public, y compris lorsqu’ils sont soumis au pass vaccinal ; dans les services de transport de voyageurs, dans les aéroports et les gares maritimes y compris lorsqu’ils sont soumis au pass vaccinal et lors des cérémonies funéraires.

De manière générale, il est rappelé que cette obligation ne s’applique pas aux personnes en situation de handicap ou aux personnes pratiquant une activité physique et sportive.

Ensuite, les mesures destinées à limiter la présence simultanée de public ou d’usagers (1 siège sur 2, nombre de personnes au m², nombre de convives par table…) sont levées dans les établissements recevant du public et lieux suivants : les lieux de cultes ; les veillées funéraires et les enterrements dans les cimetières ; les commerces et les salles de jeux ; les musées et salles d’expositions ; les établissements de restauration (mais les activités de danse y demeurent interdites).

La limite de 500 personnes accueillies au maximum (sauf grandes surfaces) est maintenue.

Les réunions à caractère électoral ne sont pas concernées par les mesures de jauge et ne sont pas soumises au pass vaccinal ou sanitaire.

Plus de pass vaccinal pour les foires et salon…

Enfin, le pass vaccinal ne sera plus exigé pour les foires et salons, quel que soit le nombre d’exposants. En revanche, il demeure obligatoire pour les personnes âgées de plus de 16 ans pour les déplacements au départ des îles du vent vers les autres archipels ; les activités ludiques, festives, culturelles, artistiques et dansantes organisées dans les chapiteaux, salles de réunion, salles de spectacles, salles de concerts, en plein air, dans l’espace public ou dans un lieu ouvert au public ; les pirogues à bringue et les discothèques ;

Les établissements d’hospitalisation et les cliniques demeurent soumis au pass sanitaire pour les visites, consultations et soins programmés.

Quant aux rassemblements de plus de 100 personnes, ils demeurent interdits sur la voie publique, sauf lorsqu’ils sont soumis au pass vaccinal. Les manifestations revendicatives déclarées au haut-commissariat et dans les communes ne sont pas concernées par cette interdiction, ainsi que les rassemblements à caractère professionnel.

En fonction de la dynamique de l’épidémie, l’État et le Pays évalueront la possibilité de franchir une nouvelle étape dans l’allègement des mesures de protection sanitaire dans le courant du mois de mars.

Comme depuis le début de la crise, les principes de progressivité et de réversibilité encadrent l’évolution des mesures administratives pour les adapter à la menace que représente le virus pour la santé publique, l’activité économique et la vie sociale.

source: Etat

 897 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :