26 septembre 2021

La Martinique plébiscitée par les touristes métropolitains

« L’Île aux fleurs » des Antilles françaises fait face à l’arrivée de nombreux vacanciers pour les vacances de Noël. La situation sanitaire y est bien meilleure qu’en métropole et les restaurants et plages ont rouvert.

À l’aéroport de Fort-de-France, vous ne pouvez pas manquer les Métropolitains. Teint pâle mais large sourire. Isabelle et sa famille vont passer les fêtes de fin d’année sur l’île. La Martinique, c’est une destination rassurante pour eux en pleine épidémie de Covid-19. « Parce que c’était la France et on se disait que dans ce climat un peu incertain, finalement, on restait chez nous. On avait déjà des habitudes sanitaires identiques. » Avec des taux d’incidence et de positivité sous la barre des seuils d’alerte, la situation sanitaire y est plus rassurante qu’en métropole.

« C’est vraiment le resto qui nous manquait »

Ne pas prendre de risques tout en étant dépaysé. Dans la navette de l’aéroport, on croise Gladys. Elle vient voir ses parents qui habitent en Martinique. Elle ne les a pas vus depuis un an. « C’est plutôt eux qui avaient l’habitude de venir en métropole à Noël. Du coup, on a fait le chemin inverse cette année parce que pour le resto, effectivement, on se dit qu’on va pouvoir retrouver les joies de manger à l’extérieur. C’est un peu ce qu’on attend quand même, en dehors de la plage. C’est vraiment le resto qui nous manquait aussi. » Alors que l’hexagone est sous couvre-feu, les restaurants et plages sont ouverts.

Se créer une bulle de bien-être en famille autour d’un verre. Voilà ce qu’est venue chercher cette famille réunie dans le même hôtel, au bord de la mer. « Du fait de la distance entre la Bretagne et les Pyrénées-Orientales, on ne se voit que trois fois par an, confie une membre de la tribu. On revit »« Par rapport à la pression qu’on a en métropole, ici, vraiment, on a une sensation de liberté quand même. Et puis d’en profiter beaucoup », ajoute un autre membre de la famille.

La nuit sera courte pour les métropolitains avec le décalage horaire. Au petit matin, on les retrouve sur la plage, les pieds dans l’eau. Monica et sa fille Sarah savourent, loin des préoccupations de la région parisienne : « Après une année confinés, nous, on fait très attention au virus. Il fallait vraiment, ma fille aussi, je voyais au niveau de l’école, elle commençait à avoir même des mauvaises notes, raconte Monica. Je pense qu’elle avait un stress pas possible. Donc on a décidé de partir quelques jours, histoire de décompresser ». « On peut respirer, revenir à une vie normale », confirme Sarah.

Ce semblant de vie normale est vital aussi pour les Martiniquais comme Stéphanie, la patronne du Barracuda, un restaurant de bord de mer. « Nos spécialités ? On a le poulet boucané. On a un très bon menu duo avec une fricassée de lambi et de chatrou, du coquillage et de la pieuvre ». Ce sourire dans la voix de la restauratrice, c’est aussi grâce aux touristes qui reviennent petit à petit. « On les voit revenir tout doucement. On a des échos que les hôtels sont remplis, les avions également, mais je pense qu’ils sont éparpillés un petit peu sur toute l’île. Mais ça reprend tout doux. On a bon espoir pour les vacances de Noël. C’est capital, ça ne vit que de ça ici. » Un Martiniquais sur dix vit du tourisme.

source France Infos (yahoo actualités)

 523 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :