Législatives (1er tour): vers un duel Tapura-Tavini dans chacune des trois circonscriptions

Les urnes ont rendu leur verdict ce samedi 4 juin, en début de soirée, à l’occasion du premier tour des élections législatives en Polynésie française.

Bouteau-Legayic dans la première circonscription, Teriitahi-Chailloux dans la deuxième et Brotherson (député sortant)-Tumahai dans la troisième ont décroché leur ticket pour poursuivre l’aventure devant les conduire au Palais Bourbon.

Sans surprise, ce sont donc les deux principales formations sur la scène politique locale – le Tapura huiraatira d’Edouard Fritch et le Tavini huiraatira (mouvement indépendantiste) d’Oscar Temaru – qui ont capitalisé le plus grand nombre de voix. Ce qui donne une première tendance dans la perspective des Territoriales de 2023…

Cette qualification s’est faite au détriment des autres courants qui tentent d’émerger comme le Amuitahiraa o te nunaa maohi de l’ex-président Gaston Flosse ou encore le A Here Ia Porinetia de la désormais ex-députée, Nicole Sanquer, qui avec Nuihau Laurey, également candidat, ne sont pas parvenus à « renverser la table ». Douche froide également pour les Ecologistes de Jacky Bryant ou les Souverainistes de Tauhiti Nena qui réalisent des résultats décevants.

Dans la première circonscription, Nicole Bouteau arrive largement en tête avec 12 405 suffrages, devant Tematai Legayic (5787 voix) et Pascale Haiti (4201 voix). L’ancienne ministre du Tourisme a quasiment accompli un sans-faute dans des communes (Papeete, Pirae, Arue, Moorea) qui, il est vrai, étaient toutes acquises à sa cause.

Dans la seconde, Tepuaraurii Teriitahi (Tapura) a également pris le dessus sur son suivant, Steeve Chailloux, mais l’écart est beaucoup plus serré: 8 660 contre 7 506 selon des résultats encore provisoires. Mais la présidente du groupe majoritaire à l’assemblée de la PF a subi quelques revers comme à Paea (côte Ouest de Tahiti) dont elle est pourtant originaire. Même s’il est vrai que la commune est administrée aujourd’hui par un autre indépendantiste, Antony Géros. Plus surprenant, en revanche, elle n’arrive qu’en troisième position à Mahina derrière Nicole Sanquer et Steeve Chailloux alors que le tavana, Damas Teuira, se dit proche de la majorité…

Dans la troisième enfin, le député sortant Tavini, Moetai Brotherson, sort en tête avec un peu plus de 600 voix: 9 761 contre 9 128 pour Tuterai Tumahai. Le premier a naturellement bénéficié du rouleau compresseur que forment les électeurs disciplinés de Faa’a. Il rafle dans cette commune pas moins de 3 592 suffrages contre seulement 977 pour le Tapura. Fort heureusement, les Iles sous-le-vent ont joué le jeu en se rangeant derrière le candidat de la majorité: l’archipel rassemble un peu plus de 6 000 voix contre 3 956 pour Brotherson. Seule réelle déception: Tumahai a perdu dans sa propre commune, à savoir Pubnaauia. Certes de 70 voix…mais quand même!

Tout ça pour dire que les état-majors se préparent déjà à « remettre le couvert » car pour l’emporter le 18 juin, il va falloir batailler dur ! Aussi, la seule question qui vaille à l’heure où nous écrivons, se résume en ces termes: le Tapura huiraatira va t-il pouvoir maintenir deux députés sur trois issus de ses rangs comme en 2017 ?…les paris sont ouverts.

 480 visiteurs total,  5 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :