8 décembre 2022

Les Marquises à l’Unesco: pas avant juillet 2024

Réunion préparatoire importante, avec tous les acteurs du dossier d’inscription des îles Marquises sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, à la veille de leur audition devant le comité français du patrimoine mondial prévue, mardi matin, au ministère national de la Culture.

« Nous serons trois intervenants durant cette audition » a précisé le ministre de la Culture et de l’Environnement Heremoana Maamaatuaiahutapu. Lui-même, pour le gouvernement, Joseph Kaiha pour les maires marquisiens et Jérôme Maurel, coordinateur de l’équipe technique. La délégation polynésienne aura droit à une heure de présentation : « Nous sommes tombés d’accord pour une intervention assez courte pour moi, un peu plus longue de Joseph Kaiha qui fera état du contexte culturel et soulignera l’importance du soutien de la Codim, la Communauté de communes des Iles Marquises, et enfin le dossier finalisé sera présenté  avec un rappel  des divers éléments déjà validés, à savoir les critères requis pour la VUE, la Valeur Universelle Exceptionnelle ou encore les délimitations du bien. Puis nous présenterons les grandes lignes du plan de gestion sur lequel nous serons évalués mardi lors de cette quatrième audition » a t-il indiqué.

L’expérience de Taputapuaeta

« L’expérience de Taputapuatea, site classé il y a cinq ans, nous sert aujourd’hui dans le dossier Unesco Marquises » s’est réjoui le ministre polynésien de la Culture et de l’Environnement. L’inscription de Tapuatapuatea était déjà complexe mais c’était un bien culturel. Or dans le cas des Marquises, il s’agit d’un bien en série, avec sept composantes et avec deux dimensions, nature et culture.

« Pour tout dire, a-t-il confié, on ne pouvait pas avoir plus compliqué que ce dossier. L’Etat lui-même nous a fait savoir qu’il n’avait jamais présenté de dossier aussi complexe. Ils ont déjà eu des biens en série à proposer mais un bien en série et mixte, nature et culture, c’est une première ». Si le dossier est finalement accepté, il sera déposé en janvier 2023, et il faudra alors compter sur dix-huit mois supplémentaires pour que les différents experts de l’Unesco l’étudient. Période durant laquelle une mission d’experts désignés par l’Unesco, sera menée sur place. Ils feront le tour des sites.

Le rapport qu’ils feront à leur retour sera déterminant. « La séance avec l’Unesco devrait se tenir en juillet 2024 si tout va bien » a conclu le ministre qui se veut aussi prudent que confiant.

Source: Gouvernement

 349 visiteurs total,  3 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :