1 décembre 2021

Présidentielle 2022: ils veulent « ressusciter » Lionel Jospin

Lionel Jospin est-il le candidat qui manque à la gauche pour s’unir en vue de la présidentielle de 2022 ?

Ces trois acolytes en sont convaincus, et ils sont déterminés à le lui faire savoir. À partir de ce mercredi matin, trois amis – deux réalisateurs et un photographe – s’apprêtent à effectuer un road-trip de Paris jusqu’à l’île de Ré, dans l’espoir d’y rencontrer l’ancien Premier ministre socialiste qui y réside depuis les années 2000, comme l’a raconté Le Parisien. Et avec l’amibtion, au passage, de réaliser un documentaire sur ce voyage.

Au terme d’un périple de quatre à cinq jours en voiture dans plusieurs lieux symboliques pour Lionel Jospin, Philippe Laumont, Jacques Torregano et Léonard Héliot espèrent bien convaincre l’ancien Premier ministre, désormais âgé de 84 ans, d’être candidat au prochain scrutin.

Un retour « à la Joe Biden », pour « faire rêver » la gauche?

L’idée est venue « cet été en vacances avec des amis », raconte Philippe Laumont à BFMTV.com. « On parlait politique et de l’élection présidentielle à venir en se disant qu »à gauche, il n’y (avait) pas grand monde qui faisait rêver » et en regrettant que « le programme n’ait pas l’air bien défini »« Aujourd’hui, les sondages sont très clairs : la gauche n’a pas de chances d’être au second tour », regrettent-ils en chœur.

Face à ce constat, « on était un peu désabusés », se souvient le réalisateur de profession. « Et à un moment j’ai lancé l’idée de Lionel Jospin, en disant que ce serait super qu’il revienne en France en vue d’unir la gauche. » « Aujourd’hui, on ne parle que d’Eric Zemmour et de choses anxiogènes », regrette Philippe Laumont, qui dit « avoir envie de voir la campagne présidentielle d’un point de vue positif ».

Pour les trois copains, Lionel Jospin est « le dernier homme politique de gauche à l’avoir unifiée » au passage des années 2000. « Aujourd’hui, on voit bien que la gauche est désunie dans tous les sens », soutient Philippe Laumont. « On s’est dit qu’il n’y avait que Jospin qui y était arrivé ces vingt dernières années, notamment entre 1996 et 2002 où la gauche était au pouvoir. Alors on s’est dit: ‘voilà, il nous faut cette figure' ».

source: Yahoo actualités

 540 visiteurs total,  1 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :