23 juillet 2024

Prise de parole du chef de l’Etat, lundi, depuis Nouméa

0

Il avait décidé ne ne pas prendre la parole le 14 juillet alors que la France sortait à peine des émeutes. Ce lundi, quatre jours après l’annonce du remaniement, Emmanuel Macron accordera un entretien à France 2 et TF1, dans les journaux de 13 heures.

Le chef de l’Etat s’exprimera en duplex depuis Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, où il sera en déplacement. Cet entretien intervient après le remaniement jeudi d’une partie du gouvernement et après que le chef de l’État a dressé vendredi en préambule du Conseil des ministres un premier bilan des « 100 jours » décrétés après la très contestée crise des retraites.

Le président s’envole dimanche pour une semaine en Océanie, avec des étapes en Nouvelle-Calédonie, puis au Vanuatu et en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Il vient d’achever une longue séquence politique dans l’Hexagone, après avoir laissé planer plusieurs semaines durant le suspense sur le maintien à Matignon d »Élisabeth Borne, à qui il a finalement renouvelé « avec clarté » sa « confiance ». Après d’intenses tractations, Emmanuel Macron a également procédé à onze changements dans l’équipe gouvernementale, avec l’entrée de huit nouveaux ministres et la promotion à l’Éducation de Gabriel Attal, qui aura à préparer la rentrée scolaire. L’occasion d’adresser vendredi une mise en garde à ses ministres, à qui il a demandé d’être « exemplaires » et surtout d’amener « de l’efficacité » plutôt que de « parler dans le poste ». Car pour lui, « une bonne partie de la crise démocratique est liée au fait que les décisions n’arrivent pas suffisamment vite dans la vie de nos compatriotes ».

Un « cap clair »

Sur les « 100 jours », censés ramener « l’apaisement » dans le pays après la crise des retraites, le chef de l’État a dessiné un bilan positif de plusieurs grands axes comme le travail, l’ordre républicain ou les services publics. Avec un « cap clair » en filigrane, affirme-t-il, « celui de l’indépendance du pays », déclinant ainsi son mantra autour de la souveraineté de la France. Mais il a aussi été confronté fin juin – début juillet à plusieurs nuits d’émeutes urbaines, consécutives à la mort du jeune Nahel tué par un policier à Nanterre.
source: Yahoo actualités

Loading

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :