18 octobre 2021

Réouverture des frontières le 1er mai, limitée au seul marché US

Comme promis par le président Fritch, la réouverture progressive des frontières polynésiennes aura bien lieu le 1er mai; elle sera cependant limitée au seul marché touristique nord-américain.

L’Etat et le Pays semblent tombés d’accord sur les conditions de reprise de la vie économique et touristique au fenua, moyennant l’application d’un protocole sanitaire très stricte.

Pour l’heure et compte tenu de la situation dégradée que connaît la métropole (40 000 contaminations par jour), et l’Europe d’une manière générale, l’accueil des touristes ne pourra donc se faire, dans un premier temps, qu’en provenance de la côte Ouest des Etats-Unis. Ce sera « notre marché test », a souligné E. Fritch. Même si l’hôtellerie classée enregistre d’ores et déjà des taux de réservation plutôt encourageants, de l’ordre de 40 à 60% pour les mois de mai et juin.

Mauvaise nouvelle, en revanche, pour les résidents polynésiens désireux de s’évader un peu. En effet, les trois motifs impérieux (familial, professionnel ou de santé) réclamés avant tout départ entre Paris et Papeete (aller-retour), restent de mise, a prévenu Dominique Sorain. Quant à vouloir séjourner aux States, ils vont devoir patienter encore un peu! La destination étant toujours placée sur la liste rouge, nous ne sommes pas les bienvenus. A ce propos, le chef de l’exécutif local s’est voulu rassurant: « Nous sommes en contact avec l’ambassadeur américain à Fidji… » et des éléments d’information lui sont régulièrement fournis démontrant que l’épidémie est désormais sous contrôle.

Une « maîtrise » dont les plus hautes autorités du Pays comme de l’Etat se sont félicitées. Il n’y a pas eu de décès lié au covid depuis un mois en Polynésie et nous n’enregistrons à ce jour qu’une seule personne placée en réanimation au CHPf du Taaone. Pour autant, pas question de baisser la garde. Encore moins de tomber le masque ou de lever le couvre-feu. Toutes ces mesures sont maintenues dans l’attente que débarquent les premiers touristes étrangers.

Alors, quels seront ces nouveaux protocoles ?

Pour tout voyageur, un test RT-PCR négatif sera exigé trois jours avant le départ. Pour ceux qui ont été vaccinés, le principe est celui de la libre-circulation sans quarantaine. Pour ceux qui ont été « covidés », ils devront réaliser et justifier d’un test sérologique positif datant de quinze jours à un mois avant de prendre l’avion. A Tahiti-Faa’a, ils subiront un test antigénique. Au total, cette première catégorie fera l’objet d’une batterie de deux ou trois tests: J-3, J0 voire un troisième trois ou quatre jours après leur arrivée.

Pour les autres, ni vaccinés, ni covidés, une quarantaine obligatoire de dix jours leur sera imposée. A leur frais. Une condition, pour le moins contraignante, qui devrait sensiblement réduire leur nombre dans nos îles.

En conclusion, le président Fritch s’est dit assez optimiste: « Nous pirogue ne va pas sombrer… » Il s’agit aujourd’hui d’accélérer la cadence en matière de vaccination. Au 14 avril, 47 000 doses avaient été injectées. cela représente 15% des personnes de 18 ans et plus à jour. Sachant que pour atteindre une immunité collective plus de 50% de la population aura du recevoir ses deux injections, cela montre le chemin qui reste à parcourir d’ici fin juillet, objectif que s’est fixé Edouard Fritch.

 1,338 visiteurs total,  4 visiteurs aujourd'hui

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :